Élise Lucet

Lettre ouverte de gwenaelle à Élise Lucet
“Implantation Eoliennes”

dimanche 22 novembre 2020,

Bonjour Élise Lucet,

Je vous contact pour m'exprimer sur l'implantation des éoliennes. Mon lieu dit est concerné par l'étude d'un projet d'implantation. 20 ans de notre vie si le projet abouti qui vont s'envoler. Nous sommes des habitants désespérés par cette situation.

Voici le copie de ma lettre adressée à notre président du conseil départemental qui à ce jour n'a toujours pas répondu et cela me désole de la considération que l'on peut porter aux citoyens .






Monsieur le Président du Conseil Départemental,

Je profite de votre proposition de cette boite dédiée aux questions concernant les politiques publiques du Conseil Départemental pour vous adresser ce courrier afin de vous solliciter sur la situation que je souhaite vous exposer ci-dessous et qui ronge plusieurs habitants de ma commune depuis plusieurs mois.

Je suis une habitante du Cher depuis 1995. A l’époque, je suis venue pour finaliser ma dernière année d’études à Bourges avec la forte intention de repartir. J’arrivais de Touraine et je trouvais que la vie y était très peu dynamique voir morne et monotone. A la fin de mon année, mon employeur actuel me propose un emploi en CDD, que j’accepte le temps de me permettre de trouver un autre emploi ailleurs. Mon mari est venu me rejoindre au bout de quelques mois et lui aussi finit par trouver du travail sur Bourges. Au fil du temps, nous avons réalisé que ce département était un havre de paix où il était possible de bien vivre, loin de beaucoup des nuisances et avec un certain confort de vie, paisible et surtout une forte volonté de se développer économiquement et culturellement. 5 ans plus tard, nous faisons le choix de nous poser en devenant propriétaire. Notre choix a été la campagne avec tout son charme paysagé, la découverte de la faune et de la flore locale. Nous avons acheté une maison sur la commune de Saint Germain des Bois, au lieu dit Barantheaume. En faisant ce choix, nous avons fait des concessions non négligeables. Pas de commerces de proximité, être obligés de prendre notre véhicule pour la moindre démarche administrative ou culturelle et du temps pour nous rendre à notre travail tous les jours. Mais avec de l’organisation et de l’adaptation, nous avons optimisé notre confort de vie à la fois d’un point de vue financier mais aussi en priorisant nos besoins.

Depuis 2000, nous vivons toujours dans notre maison que nous entretenons nous mêmes au gré de sacrifices divers (pas d’accès internet, difficile de trouver un opérateur téléphonique, une ligne téléphonique fixe devenue plus qu’obsolète, financement d’un assainissement privé aux normes, privation de vacances depuis 10 ans, … ).

Notre rythme de travail est de plus en plus soutenu, comme beaucoup de monde certainement, mais le retour vers notre maison nous permet de nous reposer, nous ressourcer afin de mieux repartir. Cela fait 20 ans que nous vivons à ce rythme et dans ces conditions avec beaucoup de plaisir de savourer notre environnement.

N’étant pas éligibles au télétravail, faute d’un accès internet suffisant, nos employeurs respectifs nous demandent, le 17 mars 2020 d’assurer nos fonctions à nos postes de travail. Nous acceptons, et pourtant, mon mari fait parti des personnes dites vulnérables. Tous les deux, nous faisons en sorte que l’ensemble du personnel de notre institution puisse travailler à distance en prenant la route tous les jours sans compter notre temps, y compris les weekends et ce durant tout le confinement. Mais notre lieu de vie et notre environnement, nous permettent de tenir bon et nous apporte beaucoup de satisfaction dans un tel contexte.

En ce début de juillet, je découvre dans ma boite une information qui me signale que le Maire de ma commune signe le 4 avril, juste après le 1er tour des élections municipales, auxquelles il ne se représentait pas, un arrêté de non-opposition d’installation d’un mât de mesure en vue de construire une zone industrielle d’éoliennes, là juste sous mes fenêtres et ce pour minimum 20 ans. Là où chaque jour, je me ressource en admirant cette campagne si riche et réconfortante. Un second projet sur Vorly dont le mât de mesure a été posé juste après le confinement de Mai et qui va impacter l’ensemble de ma commune. Ce même conseil municipal se prononce contre ce projet et valide celui de mon lieu dit. Et bien, OUI pour celui qui impact moins le Bourg de la commune mais NON pour celui qui va impacter ceux qui ont validé le projet au pied de ma maison. Leurs arguments écologiques me laissent septique quant à leur idéologie de l’écologie. Je pense tout simplement que les élus se sont laissé amadouer par l’aspect financier pour la commune sans mesurer l’impact à long terme et à fait le choix de sacrifier une partie de sa population. Je ne ressens que du mépris.

Je passe mes 3 semaines de congés d’été à faire des recherches et à mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce projet tout en étant sous le choque d’une annonce brutale et unilatérale d’un non élu depuis quelques jours. Je m’interroge, nous avions envisagé de construire un garage sur une partie de notre terrain, qui nous a été refusé car cette partie est non constructible et face à mes fenêtres à 500 m, je vais avoir une zone industrielle qui va accueillir 4 immenses colonnes aussi hautes que l’arc de triomphe. J’hallucine mais je poursuis mes recherches.

Alors que l’on nous dit que les éoliennes produisent une énergie renouvelable, idéale pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, je découvre la face cachée de ces projets. Les éoliennes produisent une énergie variable dans le temps. Elles s’arrêtent lorsqu’il n’y a pas assez de vent ou, au contraire lorsqu’il y en a de trop. L’intermittence (en moyenne, une éolienne ne produit que 24 % du temps) augmente les émissions de gaz à effet de serre à cause du soutien obligatoire de centrales thermiques à gaz et à charbon.

Elles sont inesthétiques, produisent des pollutions sonores au passage de l’air dans les hélices, des infrasons, peuvent interférer avec les ondes électromagnétiques (radio, télévision, télécommunications) et des effets stroboscopiques. C’est prouvé, je vous invite à prendre contact avec Madame La Maire de TOUCHAY. Les nuisances sont avérées.

On était déjà coupé du monde dans notre lieu-dit mais là j’avoue que nous allons poursuivre notre vie dans la solitude et, je pense que nous serons des reclus encore plus touchés par la fracture numérique si ce projet abouti.

De plus, j’apprends qu’elles sont nuisibles aux migrations des oiseaux, tous les ans j’accompagne les grues et les admire au dessus de mon toit. Elles passent actuellement dans notre département et sont présentes tous les jours au dessus de notre lieu dit. Je préserve les chauves souris qui hibernent chez moi et prennent leur envol en juillet.

La cour des Comptes dans un rapport de mars 2018 dénonce le coût exorbitant et l’inefficacité des éoliennes et préconise que la France devrait concentrer son effort sur le secteur des EnR thermique. Et pourtant le gouvernement signe un décret sur la programmation pluriannuelle des énergies 2019-2028 le 21 avril 2020. Je cherche donc à comprendre pourquoi puisqu’à ce jour la France produit plus de 11 % de l’électricité nécessaire au pays et cherche à se débarrasser de son excédent à des coûts très faibles au profit des pays acheteurs.

Les élus, que nous demandons à rencontrer, nous disent que l’étude de faisabilité n’engage rien. Mais en réalité elle permet aux promoteurs d’engager des démarches auprès des propriétaires en se prévalant L’ACCORD DE LA MUNICIPALITE. Nos élus sont convaincus que l’énergie produite est directement profitable à la municipalité. Ce type d’argument avancé par ce dernier peut être assimilé dans le code de la consommation à de l’abus de faiblesse.
Je découvre que les commissaires enquêteurs sont formatés pour esquiver tous les argumentaires critiquant les arnaques technologiques et les impacts paysagers.

En cherchant plus loin, je trouve sur le site de la DREAL, le schéma d’implantation des éoliennes du cher de 2012 (toujours d’actualité puisque toujours présent sur le site à ce jour) que notre commune ne fait pas partie des zones favorables identifiées par la DDT.

Plus j’avance dans mes recherches et plus je suis horrifiée par ce qui nous attend. Je prends conscience que le patrimoine que j’entretiens va perdre entre 30 et 50 % de sa valeur et que mon lieu de vie va devenir un mouroir pour ceux qui ne pourront pas en partir et pour enfin finir à l’abandon. Le secteur sera fuit par les futurs acheteurs alors que le département cherche à le repeupler. Il suffit de voir le travail accompli par vos équipes dans l’action des différents programmes relevant de votre compétence (PLH, Divers schémas départementaux dont celui des Espaces Naturels Sensibles, Revitalisation des centres bourg, …). Il en résulte une altération du cadre de vie et une dépréciation des habitations proches. Des décisions de justice ont admis des pertes de valeur allant jusqu’à 40 %.

Mais alors pourquoi l’Etat insiste-t-il a ce point sur leur déploiement ?

Tout simplement et uniquement pour des raisons économiques. Tout d’abord pour le propriétaire du terrain qui va percevoir un loyer conséquent. Mais dans 20 ans, il aura à sa charge ou à celle de ses enfants le démontage. S’il ne le peut pas, l’Etat se retournera contre la commune. Le démantèlement d’une éolienne est estimé entre 450 000 euros et 600 000 euros pour une hauteur de 80 mètres aujourd’hui. Voici une jolie provision à prévoir pour notre commune de 540 habitants (mais dans 20 ans ? quand on sait qu’elles font faire fuir la population). La programmation pluriannuelle de l’énergie comporte une clause qui spécifie que le recyclage des principaux composants des éoliennes sera rendu obligatoire d’ici 2023. En attendant, on crée des cimetières d’enfouissement en guise de décharge.

On nous fait croire que cela crée des emplois locaux, mais c’est faux car les équipes qui les installent sont des équipes de pays de l’Est sous le statut de travailleurs détachés qui enfin de compte détruisent les emplois locaux.

Les premiers producteurs d’éoliennes sont l’Allemagne, le Danemark et l’Espagne. Pourtant depuis plus de 2 ans, en Allemagne, les professionnels tirent la sonnette d’alarme. Ils sont inquiets pour leur paysage et pour leur santé, les opposants se font de plus en plus entendre. Alors pour maintenir son économie locale, elle fait pression sur l’Europe et impose des quotas aux autres pays.

Ces projets qui se déclinent autour de chez nous, est un véritable carnage. Je lis tous les jours dans les articles de journaux que le département cherche à déployer le tourisme. Les articles valorisent le paysage et le cadre de vie. Chez nous demain, nous n’aurons que nuisance visuelle par ces infrastructures d’énergie. On dit qu’une enseigne lumineuse fait partie des nuisances visuelles, que doit-on penser des lumières rouges clignotantes que nous aurons toutes les nuits au-dessus de nos têtes et à travers nos fenêtres ? Sans compter, les impacts sanitaires pour la population, la dévaluation des biens immobiliers, la destruction de notre cadre de vie pour une énergie qui doit avoir recours aux énergies fossiles pour produire.

Vous avez élaboré un joli guide « S’installer dans le Cher » avec une jolie annonce, Ils se sont installés dans le Cher et ne regrettent pas leur choix. Tous s’attachent à dire que notre département vaut le détour, qu’il y fait bon vivre. Pour ma part et pour beaucoup d’habitants des communes de Saint Germain des Bois, Vorly, Sennecay, Contres, Dun sur Auron, Levet et tous les environs, c’est une véritable déception.

J’ai fait le choix de rejoindre l’association ASDE de Senneçay pour lutter CONTRE ces projets et à ce titre je vous demande une entrevue pour échanger sur ce sujet. Cette dernière peut se réaliser en visio conférence si vous le souhaitez car dans le contexte actuel, cela me semble plus raisonnable.

Nous sommes déjà plusieurs à parler de partir et surtout ne jamais revenir.

Dans l’attente d’une réponse de votre part,


J'aimerai avoir votre point de vu et savoir si vous pouvez nous venir en aide.


Gwenaelle

Auteur: gwenaelle

Lettre pour Élise Lucet. Lettre 3962.

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 3962 > écrire