Lettre pour Élise Lucet

Lettre ouverte de Marie-France Lecoanet à Élise Lucet
“A la suite de la dernière émission « Envoyé spécial » le 25 ”

mardi 30 novembre 2021,

Lettre ouverte à Elise Lucet

Madame,
J’ai toujours apprécié vos émissions et admire votre courage et votre engagement à dénoncer les malversations et injustices de toutes sortes commises dans les domaines relevant du bien commun et de l’intérêt général. Mais je ne peux pas approuver l’acharnement montré dans votre dernier « Envoyé spécial » à chercher et étaler des faits qui exposent un homme à la vindicte médiatique pour des faits prescrits qui sont, malgré les recoupements sérieux de vos enquêtes, invérifiables intégralement. Cela en faisant fi de toute présomption d’innocence.

C’est dans le cadre du mouvement « Me too » – ce sont vos propres paroles relevées dans l’émission « C’est à vous » - que vos journalistes ont enquêté pour chercher et trouver des faits concernant le harcèlement sexuel. Cette recherche active m’a semblé impliquer une forme de pression dans le but de faire parler les femmes. Que l’on vienne en aide à des personnes qui portent plainte mais dont la voix ne se fait pas entendre, très bien, j’approuve. Mais aller au-devant de ces personnes pour les inciter à dénoncer est tout autre chose. L’avocate vous accompagnant a fait état d’efforts réitérés de sa part depuis quatre ans pour faire parler les femmes mettant en cause Nicolas Hulot… C’est cette intention sous-jacente que je dénonce.

Commettre un viol est un crime hautement condamnable.. Et il est bon qu’aujourd’hui les femmes parlent pour dénoncer cet acte. Mais j’appelle viol un acte véritablement brutal contre lequel la femme résiste bec et ongle et ne peut que subir. J’en ai moi-même fait la terrible expérience il y a une quarantaine d’années. Cependant je pense qu’il y a lieu d’hésiter avant d’appeler viol toute tentative d’acte sexuel non totalement consenti. La question est effectivement éminemment complexe... On ne peut que désapprouver les gestes déplacés, mais les mouvements « Me too » et « Balance ton porc » qui avaient du bon, me semblent aujourd’hui conduire à des hystéries collectives préjudiciables qui ne vont pas faciliter les relations hommes-femmes..

J’approuve le journalisme d’investigation. Il est souvent utile et parfois indispensable. Par ailleurs, je ne doute pas du sérieux de l’enquête de vos journalistes. Mais n’y a-t-il pas suffisamment de sujets géopolitiques qui méritent d’être abordés et dont nous aimerions être informés plus souvent ? Plutôt que de fouiller dans la vie intime des gens pour les faire condamner et trouver en même temps du grain à moudre à son récit journalistique ?

Même s’il est nécessaire, je me répète, de révéler les faits délictueux quand ils relèvent de l’intérêt général.. n’y a-t-il pas du vrai quand on entend dire que certains médias se font parfois procureurs et justiciers ?
Nicolas Hulot n’a-t-il pas raison quand il demande à Delphine Ernotte de bien réfléchir avant de programmer des émissions qui jettent en pâture des réputations sans tenir compte des conséquences qu’elles vont avoir dans la vie des personnes concernées ? A mes yeux cet homme n’a rien d’un Weinstein et n’a pas mérité un tel traitement. Tragédie …

C’est pourquoi, Madame, vous m’avez déçue, et je ne peux que vous dire que je désapprouve totalement cette partie de votre dernière émission.

Cordialement,
Marie-France Lecoanet

Auteur: Marie-France Lecoanet

Lettre pour Élise Lucet. Lettre 4240.

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 4240 > écrire