Élise Lucet

Lettre ouverte de Anne et Laurent à Élise Lucet
“Désastreuse campagne d'élagage en Corrèze”

mercredi 4 avril 2018,

Bonjour Élise Lucet,

Ce vendredi 6 avril, le département de la Corrèze va être au cœur de deux événements en totale contradiction :

 à Tulle
Le Président du Conseil départemental, Pascal Coste, recevra Philippe Vasseur à l’occasion d’un colloque sur les Contrats de Transition Ecologique intitulé « vers une verte vallée Corrézienne ».
La Corrèze a en effet été choisie pour être le département rural pilote dans l’expérimentation des CTE. Il est vrai que les acteurs institutionnels ou privés de ce territoire ont su se faire remarquer par la mise en place de nombreux projets alliant innovation technologique et qualité environnementale.

 à Paris
Au même moment, un cycliste, parti samedi dernier de Tulle, rangera sa bicyclette devant le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, pour déposer une lettre à l’attention Nicolas Hulot. Ce cycliste n’est pas facteur de métier, mais élagueur-grimpeur, et il est le porte-parole de ses collègues, très investis non seulement dans la pratique, mais aussi dans la sensibilisation et la formation aux techniques d’élagage respectueuses de l’Arbre.
Cette lettre, supportée par les 26000 signataires d’une pétition, demande à M. Hulot un arbitrage dans le massacre totalement désorganisé des arbres de bord de route voulu par Pascal Coste. Cette campagne, initiée de manière autoritaire sous prétexte de protection des chaussées et de déploiement de la fibre optique, revêt actuellement un caractère désastreux aux plans économique, écologique, paysager, touristique et psychologique.
Un site très bien documenté et illustré présente clairement ce problème : https://dearlim.jimdo.com/

Les corréziens cherchent des réponses à de nombreuses questions :

- Pourquoi M. Coste refuse-t-il de fournir les documents scientifiques et techniques justifiant ce qui motive sa campagne (longévité des routes accrue de 30%, vertu « développement durable ») ?

- Pourquoi les renseignements fournis par la « cellule élagage » et les techniciens du département ne correspondent en rien au discours officiel de M. Coste et de ses conseillers départementaux ?

- Qu’est réellement l’ASAFAC ? A quoi s’engagent les propriétaires qui ont choisi d’y adhérer ? Leur laisse-t-on le choix de se rétracter ? Qui va financer les 15% d’aide ?

- Y-a-t-il un lien entre cette campagne « d’élagage » et la filière bois-énergie ?

- Par quels moyens les partenaires censés défendre le patrimoine ont-ils été contraints à un silence assourdissant (CAUE, PNR Millevaches, etc.) ?

- Que va-t-il se passer pour les personnes qui ont coupé, en toute bonne foi, des arbres qui appartenaient au département, des arbres dans des sites classés ?

- M. Coste emploie publiquement le terme « d’électrochoc » pour justifier le ton employé dans son premier courrier ; ne s’agit-il pas là d’un abus de faiblesse, d’autant qu’il apparaît de plus en plus clairement que les articles de lois cités sont inappropriés à la situation ?

- M. Coste méritait-il d’être promu au grade de Chevalier au titre du ministère de la Transition écologique et solidaire en novembre dernier ?

Nous ne doutons pas que vous saurez trouver les mots pour dénoncer l’incohérence de notre Président, et mettre en lumière les réels motifs de ce scandale.

Avec nos remerciements,

Auteur: Anne et Laurent

Élise Lucet, 3350 lettres ouvertes, 115 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 2723 > écrire