Alain Delon

Lettre ouverte de Monique Auburtin à Alain Delon
“Micheline Auburtin”

mercredi 10 janvier 2018,

Bonjour monsieur Alain Delon,
Je vous écris pour vous annoncer le décès de Micheline Auburtin, Pierre étant décédé en 1997. Vous les avez connus jeunes, à Bourg la reine. Ci-joint le texte/résumé sur sa vie. Pierrot nous a dit que vous étiez venu les voir à l'Opéra lorsque vous avez démarré votre carrière. C'était aussi une grande amie d'Arlette Castagnié. Très respectueusement, M.A.

Micheline Auburtin, née Rampon (08 avril 1928 Belfort – 06 janvier 2018 Sélestat) Danseuse classique professionnelle et professeur de danse, dans sa 90ème année, elle nous a quitté pour l’ultime voyage .
Des témoignages et des hommages seront entendus lors de la cérémonie religieuse qui sera célébrée ce jeudi 11 janvier à 13h au Temple Neuf, Place de la Comédie à Metz.
Micheline Auburtin, la danse et l’art en héritage
Tout être humain porte en lui un danseur disait Rudolf Laban.
Pour Micheline Auburtin, les élèves, les enfants ont cette danse en eux.
Fil conducteur de sa pédagogie, elle privilégia la relation individuelle : Regarder, sentir, écouter, pressentir disait-elle… Son enseignement, son engagement fort et attachant, laissèrent une empreinte inoubliable dans la mémoire de ses élèves.
Formée très jeune à la danse classique, dans les classes de Pierre Dupré et Alexandra Balachova à Paris, Micheline Auburtin fut engagée dès l’âge de 16 ans, à l’Opéra Comique de Paris. En 1946, elle intègra le Nouveau Ballet de Monte-Carlo, dirigé par Serge Lifar, qui deviendra par la suite la Compagnie du Marquis de Cuevas, dont les ballets furent confiés à Bronislava Nijinska (sœur de Nijinski).
Micheline y rencontra Pierre Auburtin, également jeune danseur de ces compagnies, représentantes d’un nouveau style chorégraphique, hérité des Ballets Russes. Ils dansèrent ensemble avec les plus grands chorégraphes de l’époque comme Balanchine, Massine, Dolin, Lichine, Skibine et bien sûr, Nijinska et leur grand maître Serge Lifar. Pierre et Micheline ne se quitteront plus, partageant une vie artistique intense et riche de rencontres, d’expériences, de voyages et de souvenirs.
Dans les années cinquante, Micheline obtint plusieurs prix de chorégraphie à Paris et à Chartres, tandis que Pierre poursuivit sa carrière de danseur à l’Opéra de Paris et en sortit Grand Sujet en 1960.
Nommé alors professeur de danse au Conservatoire de Metz, Pierre y ouvrit les premières classes de danse pendant que Micheline créa son école privée, rue du Pont des Morts à Metz.
Soutenue par Léone Mail, inspectrice de la danse à Paris, et en collaboration étroite avec elle, Micheline initia la création des Classes à Horaires Aménagés Danse au Conservatoire de Région de Metz. Elle y sera nommée pour diriger la formation en 1969. Elle se passionna pour l’histoire du ballet et y développa cet enseignement dans la formation des jeunes élèves.
Parallèlement, Pierre Auburtin dirigea à plusieurs reprises la Compagnie Ballet du Théâtre de Metz.
Ensemble, pendant près de quarante ans à Metz, Pierre et Micheline créèrent des chorégraphies et transmirent la danse à de nombreuses générations d’élèves, devenus pour beaucoup danseurs et chorégraphes professionnels en France et à travers le monde.
Micheline Auburtin a traversé presque un siècle avec la danse. À toutes ces générations d’élèves qu’elle a formé, mais aussi à ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, elle laissera l’art et la danse en héritage.
Micheline et Pierre Auburtin furent d’indissociables complices dans leur passion et leur métier. Le 06 janvier dernier, dans sa 90ème année, elle nous a quitté pour l’ultime voyage qui les réunira à nouveau.
Des témoignages et des hommages seront entendus lors de la cérémonie religieuse qui sera célébrée ce jeudi 11 janvier à 13h au Temple Neuf, Place de la Comédie à Metz.

Auteur: Monique Auburtin

Alain Delon, 37 lettres ouvertes, 87 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Alain Delon


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > A > Alain Delon > Lettre 8 > écrire