Alain Delon

Lettre ouverte de SYLVIE SEJOURNE à Alain Delon
“Ce n'est pas un livre, il n'y a pas de titre !”

jeudi 18 janvier 2018,

Bonjour Alain Delon

Faut-il vous souhaiter une bonne année sans avoir l'air de se moquer du monde ? Au vu de vos propos la question se pose me semble-t-il ! C'est la première fois que j'entreprends ce genre de démarche, mais je vois le temps qui passe et comme vous, les gens qui s'en vont, alors pourquoi pas !!? Vous avez eu une vie bien remplie et connu pas mal de monde. Vous vous sentez seul, et je peux le comprendre, mais est-ce une raison pour nous coller le bourdon? C'est injuste pour les autres qui rament jour après jour et qui n'ont peut-être pas le temps de se poser ces questions existentielles ou qui n'ont pas la possibilité de le faire parce qu'ils restent attelés à la charrette pour une raison ou pour une autre, et qu'il n'y a qu'eux pour la faire avancer. Vous les idoles, vous avez un devoir envers ceux qui vous ont mené là où vous êtes par leur amitié, leur amour ou leur admiration, leur fidélité ! Voyez l'élan incroyable lors du départ de Johnny ! Cette déferlante inimaginable et ce chagrin partagé ! et tous ces autres, partis depuis quelques mois ! (avez-vous pensé à écrire votre histoire ?)
! 'Cest incroyable cette hécatombe, et chacun de nous a mal de voir ces gens disparaître de nos vies, parce qu'ils ont fait ce qu'il fallait pour y entrer " dans nos vies " !! Je ne suis fan de personne mais j'ai du chagrin quand même !
J'ai moi aussi des blessures d'enfance avec une mère qui ne m'aimait pas et a cherché toute sa vie à me détruire, moi plus que les autres sans doute, mais elle n'épargnait personne !
llEe n'aimait pas les enfants au-delà de deux ans et s'en vantait ! vEidemment à cet âge on commence à parler, à réfléchir et questionner ! Et puis la vie est ainsi faite que j'ai fait un métier incompréhensible pour cette femme, après des études d'infirmière à la pitié salpêtrière et autres jobs : famille d'accueil ! Ps n'importe quel genre,( c'est tout moi çà,) j'ai vécu avec des garçons dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils étaient " difficiles ": la racaille dont parlait un Président ! Je me suis trouvée propulsée dans un monde dont je ne connaissais rien : la violence, la drogue, les viols, la faim, l'ignorance, l'alcool, les vols, l'abandon, le désespoir, la mort à vingt ans pour deux d'entre eux, j'ai rencontré des flics, des gendarmes avec toutes leurs procédures, leurs visites à domicile quand je les appelais à l'aide lors des fugues par exemple, et le regard des voisins, surtout quand les jeunes sont moins blancs que les autres !! J'ai accueilli pas mal de jeunes immigrants, qui venaient du zaire, de côte d'ivoire, de mauritanie, d'algérie, du ghana, du congo et d'ailleurs ! Des musulmans, des évangélistes, des chrétiens que je devais faire cohabiter dans ma maison (et j'ai trois garçons moi-même et des petits enfants maintenant !) Des enfants intelligents, un autiste, des enfants qui ne sauront jamais lire ou écrire. tiens j'en ai un qui m'appelle au téléphone, alors je m'interromps momentanément !
et voilà un déjeuner prévu ! ils aiment revenir à la maison, du moins ceux qui le peuvent !
Je me suis dégagée d'un mariage sans agrément et suis restée célibataire avec tous mes gamins, qui ne souhaitaient d'ailleurs pas me partager. Pourtant parallèlement, j'ai oeuvré dans d'autres directions. J'ai créé une école de musique puis un club randonnée puis un club de peinture, toutes activités auxquelles je participais, pour finir par être "poussée " à la présidence de l'association d'éducation populaire.J'ai organisé des spectacles avec des " vedettes de la musique et de la chanson; on est venu me chercher pour être élue municipale et prendre en charge l'enfance, les loisirs, l'eau, les déchets, les bus (commissions et conseils d'administration) J'y ai cotoyé jean louis debré entre autres. puis comme mon métier relevait du moyen âge quant à son approche par le conseil général, j'ai créé un syndicat professionnel sur le département , d'où mon inclusion dans diverses commissions du conseil général ainsi que la formation des nouvelles recrues. J'ai décidé de mettre un point final à toutes ces activités récemment et me retrouve seule à la maison avec mes chiens. Evidemment, seule est relatif car il y a du monde qui passe !!!
J'ai commencé à apprendre l'italien, mais c'est plus difficile que ce que j'imaginais ! Je m'accroche et le cours est sympa.
Je lis énormément et je ne m'ennuie pas, pourtant ne pas partager avec quelqu'un mes lectures ou les films que j'aime me manque.ou même un resto avec une autre personne que mes fils. Ou même partir en voyage. Mais en mémoire de ces jeunes qui sont passés chez moi et mes enfants bien sûr, je ne parle pas de ma mort en disant que cela me serait indifférent et même bienvenu !!
Je le dois aussi à mon frère décédé qui avait quinze ans de moins que moi. c'est quelquechose que j'ai du mal à intégrer. Ma belle fille vient de larguer l'un de mes fils avec ses trois enfants pour vivre seule, mon autre frère a eu une crise cardiaque et personne n'a appelé les secours avant une douzaine d'heures. Quand on sait que sa compagne depuis une trentaine d'années est infirmière depuis trente cinq ans, on s'interroge évidemment. Voilà pour ma fin d'années deux mille dix sept !! Chaud hein !!!
Alors je vous prie de vous accrocher à la rampe monsieur, car la nouvelle année est là et peut-être qu'elle va vous apporter ce que vous souhaitez le plus !! Qu'est ce que c'est en fait ? Un dernier amour me semble-t-il, et pourquoi pas !! Vous ne cherchez probablement pas du bon côté et peut-être vos critères sont-ils à réviser, non ? Finalement je vous souhaite quand même une très bonne année !!! SYLVIE

Auteur: SYLVIE SEJOURNE

Alain Delon, 31 lettres ouvertes, 31 visites

Un commentaire sur cette lettre à Alain Delon
  1. Joli plaidoyė Madame...je respecte vos vécus et vos dires. ..j ai l impression que c est un peu de ma pauvre vie mais.....je suis une battante aussi et malgré les coups au coeur je M accroche à cette vie en disant à mon défunt père parti à 33 ans j en avais 5 1/2... ( j aurais 64 ans en Mai...) merci de M avoir conçue. ..mais ton choix de ma genetrice fut ton malheur et ce de mes 7 frères et soeurs abandonnés à la Dass en 1960...alors marchons le tête haute avec le sourire ourlant nos lèvres blessées mais généreuses en amour pour autrui....
    Je vous salue
    Sophie

    Il y a 1 mois , par Sophienemlarebelle


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > A > Alain Delon > Lettre 17 > écrire