Mathieu Kassovitz

Lettre ouverte de Cyril Leconte à Mathieu Kassovitz
“Martel en tête”

samedi 18 novembre 2017,

Bonjour Mathieu Kassovitz,
Grand admirateur de vos performances de comédiens (depuis "La Haine") et de réalisateur, j'aimerais profiter de cette tribune pour partager ce billet d'humeur. Des types comme vous ou Saez sont vitales pour sortir des sentiers battus qu'on nous rabâche toute la journée.


Depuis quelques jours, une polémique enfle à propos d'une proposition de faire payer l'entrée dans les cathédrales en France. A l'origine de cette idée, Stéphane Bern ne se dégonfle pas et assume sa trouvaille. Le nouveau «monsieur patrimoine» du gouvernement, et surtout l'un des animateurs vedettes de France télévision depuis des lustres, s'est rapidement mis à dos une panoplie de fidèles. L'église de France, catégorique, refuse de faire payer à quiconque un seul centime pour entrer dans la maison de Dieu. Sûrement sous le coup de la colère, les représentants catholiques ont visiblement zappé les nombreuses pièces jaunes qu'ils ramassent auprès de leurs visiteurs à l'occasion des quêtes lors des messes.

Décidément sur tous les fronts, l'animateur vedette prête sa voix également sur la radio du service public pour vanter les mérites des vérandas AKENA. Rester dans la lumière est un travail de tous les instants. La voix de l'animateur, à l'instar de celle de Mylène Farmer, est très clivante : soit on est embarqué par ce chant remettant au goût du jour le «snobisme vocal», soit on éteint illico l'objet répandant cette tonalité dont l'orthophoniste de ma gamine n'arrive même pas à la cheville, malgré son expérience qui se compte en décennies à la vue des poils de barbe qui commencent à pousser sur son menton.

Le nouveau représentant du patrimoine national n'a évidemment pas étendue étendu sa proposition aux autres lieux de cultes car la France, c'est le Christianisme et pas autre chose.Vous imaginez les touristes japonais traverser le monde entier et devoir, comme chez eux, enlever leurs chaussures pour admirer la grande mosquée de Mantes-la-Jolie ? Non, ce ne serait pas sérieux. C'est de la grandeur de la France dont il s'agit. Alors, observer des «métèques» s'agenouiller sur un tapis et regardant tous dans la même direction, ce serait grotesque. Même avec la tête dans le cul, le touriste étranger sentirait l'arnaque, le produit dérivé de la maison France... Même remarque pour les synagogues. On ne peut pas passer pour un pays de premier plan en laissant les touristes observer des tas de barbus qui se mettent des capotes géantes sur la tête. Non, mais c'est vrai, il faut revenir aux fondamentaux de notre nation : Vercingétorix, Clovis, Louis XIV, Napoléon et de Gaulle, sur un fond chrétien, cela va de soi. Tout le reste, c'est anecdotique et n'a nullement sa place dans le récit national que Stéphane Bern raconte si bien dans ses émissions télé avec son accent français impérial. Ce n'est pas parce qu'il n'y a quasiment plus aucun mot gaulois dans la langue française et que cette dernière regorge d'emprunts arabes qu'il faut casser le mythe tricolore. Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers en 732, fin de l'Histoire. Voilà tout ce qu'il faut retenir sur notre échange avec ce peuple de «barbares». Mais je m'éloigne du sujet initial sur les cathédrales, je m'en excuse. Comme il n'y a pas eu d'Arabes ou de pseudo français de souche «1,2,3 soleils» aux actualités cette semaine, cela donne l'impression d'un manque qu'il faut combler.
La semaine dernière, on a été gâté avec le dessin de Tariq Ramadan en érection... Voir le sexe du chic professeur d'oxford accusé de viol débordait autant du pantalon, ça rend même un peu nostalgique de l'époque des partouzes organisées par Dodo la saumure pour son pote D.S.K. Puis, Ramadan qui devient un des emblèmes de «Balance ton porc» sur twitter, ça manque pas de culot.
En même temps, «Balance ton agneau », ça sonne tout de suite plus doux et développe une empathie inconsciente pour l'agresseur présumé.

Pour en revenir aux temps des cathédrales, toute la difficulté de l'idée de Bern sera de distinguer les fidèles des touristes. Sans compter qu'il y a dans le tas, des touristes fidèles ou des fidèles touristes. On peut retourner la situation dans tous les sens, c'est ici que se cache le dilemme principal pour enfin récolter les lauriers de bâtiments bâtis souvent à la sueur du front de maçons s'étalant sur plusieurs générations.

Pour les nombreux païens du territoire, pas d'inquiétudes. Jupiter continuera de paraître aux bras de Brigitte ou d'Edouard Philippe, selon ses pulsions sexuelles du moment. Il n'est pas question d'entretenir un climat de guerre de religions entre le père de Jésus et le fils de la Vierge Brigitte. Les erreurs du passés ne doivent plus se reproduire. Le massacre de la St Barthélemy et se mettre sur la gueule, alors que tout le monde se réclame du même arbre, à savoir le Christianisme, ça n'a pas été bénéfique à l'image de notre beau pays. Le gouvernement actuel, fort de l'expérience de l'Histoire, est assez intelligent pour approuver qu'il existe plusieurs branches au sein des fidèles visiteurs des cathédrales, allant de la ligne Boutin aux témoins de Jéhova en passant par la ligne Maginot, pour faire barrage aux fidèles de Luther : protester n'est pas une action louable dans un lieu sacré telle une cathédrale. Les manifs ne sont pas faites que pour les cons.

Quant aux païens, libres à eux de prêcher les lois du marché et de boursicoter à la city de Londres ou dans un autre temple où règne la main invisible. Aucune chasse aux sorcières n'est encore programmée pour détruire les idoles propres aux fétichistes : Messi, Bono, Neymar, Johnny, et bien d'autres peuvent dormir tranquille et continuer à encaisser les royalties qui découlent de leur statut divin au sein de la religion de la mondialisation.
Le fou du roi, entre ses vérandas à vendre sur le service public, ses histoires à dormir debout sur France télévision issues d'un pseudo mythe national, ses passions pour les familles royales,... et désormais son rôle de représentant de notre patrimoine ne risque pas de sortir de nos pauvres oreilles d'usagers. A moins d'être équipé de bonnes boules quiès...Moins de quatre euros et sans ordonnance dans toutes les pharmacies de France et de Navarre.

Auteur: Cyril Leconte

Mathieu Kassovitz, 10 lettres ouvertes, 10 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Mathieu Kassovitz


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > M > Mathieu Kassovitz > Lettre 10 > écrire