Fabrice Luchini

Lettre ouverte de Franck Lafossas à Fabrice Luchini
“Sonnets pour Baudelaire et pour l'inconnue”

vendredi 19 octobre 2018,

Bonjour Fabrice Luchini,

J'ai longtemps hésité à vous écrire, ne voulant vous déranger. Je voulais partager avec vous ma passion pour l'écriture, ma passion pour la poésie,
Partager des écrits,
Mais je n'ai jamais encore osé frapper à votre porte...
Je franchis aujourd'hui le pas en vous adressant deux sonnets, le premier en hommage aux mots de Baudelaire et le second en hommage à l'inconnue qui causa mon premier émoi.
J'aimerais recevoir votre avis, si vous acceptez de me lire.
J'aimerais également vous parler d'un homme extraordinaire, Pline l'Ancien.
Merci de m'avoir lu.
Bonne journée
Amitiés poétiques


Angélique sulfure

Baudelaire chanta l'aimable pestilence
Que j'eusse aimé savoir, comme lui, nuancer ;
Et la beauté fangeuse irisa le baiser
De sa muse en chaleur, provocante insolence.

Quand le mal eut fleuri de cette turbulence
Ennoblissant le sort de mots vils, à n'oser,
Sa lyre en un tombeau partit se reposer,
Sublime ignominie, exploit de l'indolence.

Albatros introduit par le spleen aux enfers,
Fréquentant la charogne aux admirables vers,
Il châtia l'ennui, le cinglant d'humour sombre.

Que notre âme, à l'exemple, aspirant quelque éther
N'y blâme puanteur, ne s'asphyxie ou sombre,
Mais tente en distiller, sans fin, le beau de l'air...

A dix ans...

C’était un de ces lieux sinistres, anodins,
Fauteuils dépareillés, table basse branlante,
Magazines anciens et lumière tremblante,
Dentelle à la fenêtre, au loin quelques jardins...

Chacun restait taisant, supputant les destins
Des autres passagers de la salle d’attente.
Un silence gêné, nulle âme confidente
Pour dévoiler ses maux, microbes clandestins.

Puis un coup de sonnette et la porte qu’on ouvre,
Des pas dans le couloir. Elle entre. Je découvre
La Femme, ses beauté, douceur, envoûtement.

Car en frôlant ma jambe, allant chercher un livre,
Elle avait (par hasard ?) touché mon vêtement.
J’avais juste dix ans. Cela me rendit ivre...
Franck Lafossas

Auteur: Franck Lafossas

Fabrice Luchini, 14 lettres ouvertes, 29 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Fabrice Luchini


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > F > Fabrice Luchini > Lettre 11 > écrire