Julien Courbey

Lettre ouverte de Claudie Sparfel à Julien Courbey
“Si vous pouvez m'aider...”

samedi 20 octobre 2018,

Bonjour Julien Courbey,
omment les collectivités jouent avec la santé, la quiétude, et l’argent des contribuables.

Je suis une administrée de 67 ans, malade du cœur, et je vis un véritable enfer du fait du laxisme et du je m’en foutisme de la mairie de Dammarie Lès Lys, et l’agglomération Melun Val de Seine, par répercussion.

En effet, mon mari m’a annoncé son intention de divorcer fin 2016, (déjà un choc) nous avons mis la maison en vente.
Elle a fait l’objet d’une proposition d’achat par un promoteur immobilier qui a abouti par la signature d’un compromis en juin 2017. La mairie (poussée dans ses retranchements) s’est prononcée en janvier 2018 comme quoi elle refuserait le permis au promoteur.
Elle n’a pas dit qu’ils allaient acheter (oréemptait).
Non, elle nous m’a laissé remettre le bien en vente et que l’acheteur et moi même soyons à 3 jours de la signature prévue au compromis pour dire qu’elle préemptait !!!

Imaginez-vous, vous n’avez pas d’inquiétudes du côté de votre acheteur. Vous cherchez votre futur logement où vous allez habiter et un déménageur pour libérer le jour J de la signature.

C’est une démarche que les gens sensé effectuent un mois à l’avance à minima.

Comme votre acheteur donne le congé à son logeur.

Et bien, grâce au zèle et « leur attendez que je me tâte » de la mairie de Dammarie lès Lys, je me trouve aujourd’hui avec plus de 280 cartons emballés, des meubles démontés, et au bord de la faillite.

Car un déménagement cela représente en effet un assez joli paquet d’argent et avec la politique gouvernementale malgré 45 années de travail malgré une correcte mais petite retraite.

Les arrhes de l’agence à payer, un mois de caution, les 15 jours du mois d’octobre et le mois de novembre à payer.
Les 25 % du déménageur (impossibilité de déménager aujourd’hui, j’attends le produit de la vente pour payer un déménageur ; à mon âge je ne vais pas le faire seule d’autant que je quitte le secteur.

Là dessus vous ajoutez les doubles charges de la maison que vous quittez, et celle ou vous allez aller.

Et pour parfaire la note, le crédit de la maison « vendu » qui avait été suspendu reprend en novembre !!!!

J’ai rencontré le personnel administratif qui m’a dit « mais on a le droit d’attendre les 2 mois ». (Ce qui est vrai) rarement appliqué... car les communes savent ce qu’elles vont faire, d’autant que le projet du CLOS SAINT LOUIS existe depuis 2004 à l’agglomération Melun Val de Seine !

Les mairies correctes disent dès l’arrivée de la DIA, on va préempter, ou pas de soucis, mais pas à Dammarie les Lys !

On prend des grands airs de chut on ne peux pas dire encore. Et surtout on ne leur dit pas ne faites rien surtout.

Alors que me reste t’il à faire ?

-> Je me suicide car je ne veux pas me mettre en faillite à mon âge ?
Non, ce serais trop facile !

Donc j’ai réfléchi et je me suis agacée, mon coeur doit apprécier... remarquez, morte je couterais moins cher à la collectivité.

Mais finalement j’ai décidé, je vais attendre encore une semaine et si personne ne bouge...

Mercredi prochain, si un délai très court n’est pas fixé, je me rends dans une de ces collectivités et je préviens la presse que j’y vais pour squatter et entamer une GRÈVE DE LA FAIM.

Merci de faire tourner et si vous connaissez des journalistes... Encore plus de merci !

Bientôt Noël et je ne sais pas où je serais... ! mes petits enfants vont apprécier !

Auteur: Claudie Sparfel

Julien Courbey, 4 lettres ouvertes, 9 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Julien Courbey


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > J > Julien Courbey > Lettre 4 > écrire