Stéphane Brizé

Lettre ouverte de nicolas dubreil à Stéphane Brizé
“Un monde à refaire”

dimanche 27 mai 2018,

Bonjour Stéphane Brizé,
Je ne me suis pas remis complètement, du massacre des Arméniens, de la première guerre mondiale, encore moins de la deuxième, de l'Algérie, du napalm, du Rwanda, de la guerre de Tchétchénie, sans parler de la Syrie et du nord Kivu, des exactions de boko haram et du massacre social assez généralisé aux Amériques, en Europe, dans les manufactures du Bengladesh et de Navarre, la liste ne s'arrête jamais. Mon fils de huit ans m'a dit plusieurs fois, qu'il aimerait bien que tous les cons qui veulent se battre aillent sur une autre planète et qu'ils nous laissent tranquille ici. En voyant "en guerre" hier, j'ai reçu l'agenda de l'élimination dans le ventre, le programme politique de l'anéantissement de l'autre sous le marketing biaisé de valeurs laissées aux pauvres, petits, naïfs.
Merci pour votre film.
De mon côté, je me suis recréé un peu un monde artificiel ou j'ai appelé les porteurs de valeurs "les éléphants d'amour", ils sont là en musique:
ça part des faubourgs d'Auschwitz (Krakow), ça va en Afrique et ça revient au même endroit avec une question, un peu comme le détour de "Lebanon" de Samuel Maoz.
https://big-somebody.bandcamp.com/album/the-elephants-of-love
Bien à vous,
Nicolas Dubreil

Auteur: nicolas dubreil

Stéphane Brizé, 10 lettres ouvertes, 16 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Stéphane Brizé


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > S > Stéphane Brizé > Lettre 8 > écrire