Marie Laforêt

Lettre ouverte de Djonibigoud à Marie Laforêt
“Nocturne Marin”

mercredi 21 février 2018,

Bonjour Marie Laforêt, voici pour vous :

Nocturne marin

La lune
Éclaireur à temps plein
Ce soir-là,
Luit en particules lumineuses
Sur le sombre océan.
Des chevaux
Arrivant par vagues
Blanches sur la plage déserte
Illuminent la nuit.

Une île
S’élève des eaux immensément noires.
Des vaisseaux argentés
Sans voile
Ni équipage
Gravitent à la manière d’une ronde d’enfants.
Un filin vient de tomber
Sur le sable blanc.
Une sirène, diaphane, descend
D’un escalier de rêve.
Son corps lumineux
Est un lieu où la musique se voit;
De ses doigts file une courbe
Qui vient s’enlacer au double rayon
De ses yeux étoilés.
Mais le rêve se referme,
La nuit se replie,
Et les étoiles, avec l’éternité,
Retournent à l’Éternité.
MB

Auteur: Djonibigoud

Marie Laforêt, 16 lettres ouvertes, 53 visites

2 commentaires sur cette lettre à Marie Laforêt
  1. NIGHT SAILING

    The moon
    Full time scout for the night,
    Is pouring down its white light
    On the dark ocean.

    White waves are running wild
    Like crazy horses
    On a deserted beach.

    Then an island
    Dripping wet, womanly,
    Is slowly rising from the cold black waters.

    Bright silver vessels,
    With no sail and no crew,
    Are floating round the island like a merry-go-round.

    Now a rope has just dropped onto the ground.
    A ghost is walking down dream-like stairs,
    Her body is a see-through place
    Where music is seen.

    A curve, running out from her tiny fingers,
    Twines round the double beam
    Of her starry eyes.

    But the dream is closing up,
    Night is drawing back,
    While the stars, along with eternity
    Regains Eternity.

    M B

    Il y a 9 mois, par djonibigoud
  2. Les grues

    Métal monstres 
    Squelettiques et froids,
    Mécaniques infernales 
    Descendus d’un ciel plein de splendeur et d’effroi,
    Remontés des profondeurs abyssales,
    Ils guettent l’aubaine d’une proie.

    Volatiles préhistoriques 
    Ces échassiers géants
    Majestueux, lents, sans logique,
    Pivotent nonchalamment,
    Vainqueurs pathétiques !
    A grands coups de prudents mouvements.

    Le regard inquisiteur,
    Ils hésitent comme des girouettes
    Au gré du vent et des tempêtes.

    Panthéons chrétiens ?
    Temples à l’abandon ? 
    Autels babéliques ?
    Totems païens ? 
    Symboles religieux ? 
    Mais de quelle religion ? 
    De quelle mystique ? 
    Et pour quels dieux ?

    Crucifiés plein ciel
    Comme Jésus sur sa croix,
    Ces géants de raison
    Semblent indiquer l’horizon,
    Là-bas ! Là-bas !

    Tandis qu’à leurs pieds,
    Des ouvriers qualifiés
    S’affairent autour d’une
    Impatiente et lunatique reine
    Qu’ils soignent et nourrissent avec peine.

    Aussi, creusant la terre, dévorant l’argile,
    D’étranges créatures en détresse,
    Curieuses, soumises et dociles,
    Obéissent aux signes de capricieuses maîtresses.
    Stabilité fragile !

    Impassibles, en silence,
    Résignés, affamés,
    Bulldozers et tractopelles,
    Leur font d’agréables révérences.
    MB-PR Décembre 2014

    Il y a 9 mois, par djonibigoud


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > M > Marie Laforêt > Lettre 15 > écrire