Mathieu Chédid

Lettre ouverte de Célia à Mathieu Chédid
“Beauté d'âme”

vendredi 17 mai 2019,

Bonjour Mathieu Chédid,

Un grand merci pour tout ce qui transperce à travers votre musique... de votre humanité et authenticité, d'une douceur puissante rare de nos jours.
Les mots, la musicalité, la poésie qui vous habite, tout ceci est un cadeau offert en plus de votre talent original.
J'aime les mariages artistiques que vous faites avec d'autres artistes et sonorités ethniques. Particulièrement la musique malienne, africaine, qui sonne et résonne comme un écho de vérité originelle.

Merci pour tout ce beau. Merci pour la musique et l'intensité des émotions. Merci pour la grâce et pour le vrai que vous donnez.

Venant de la presqu'île du Cap-ferret je serai très heureuse de pouvoir être conviée un jour pour vous écouter de plus près du côté du Mimbeau ou autre.
Je ne suis que moi-même, Célia, petite poète en herbe qui ose rêver, et vous le demander avec respect...

J'ai le souhait de vous rencontrer un jour prochain peut-être. Consciente que vous soyez sollicité vivement, je tâcherai d'être patiente. Sourire...


A votre beauté d'âme, et d'être.


Je me permets de vous adresser ce texte, un poème à danser... A chanter?


DANSONS

Danser avec le Vent
Sur la brise étoilée…
Danser autour du feu
Là où se réveille le Jour
Là où brille la nuit !
Danser l’automne,
Et tous les matins du Monde…
Danser l’hiver,
En ses longues soirées
Quand vacille la flamme,
Puits ravive l’âme avec souffle,
Chatouille ombre et cheminée.

Danser les quatre saisons
Pour vivre le rêve debout
D’un réel sans bride ni rideau…
Suivre des yeux les feuilles qui tombent,
Et du cœur qui peut mieux
Danser encore,
Là où se termine la vie de l’âge, du corps,
Danser ce temps
Qui nous fait Joie et Unité…
Danser les larmes, et puis recommencer !

Danser pour exister.
Dedans c’est remercier,
Dehors illuminé.
Danser Noël
Pour les Anges éternels…
Danser où se lève la colère, où sévit la peur vile,
Danser encore, fertile,
Que l’Espérance se colore !

Danser Nouveau
Le Monde qui renaît…
Danser l’été, que s’élèvent les pensées !
Danse est printemps
Du pollen à aimer : Présent.
Pour longtemps.
Du pollen à créer de nos Êtres,
Le ballet des grands Arbres en fenêtre…

Dansons ! Chaque minute est chanson.
Dansons ! Que l’Art tisse chance et moisson.


Célia


Et voici un petit conte poétique, pour petits et grands enfants que nous sommes, quand nous ne l'oublions pas...



UNE ÉTOILE A LA MER

Il était une fois un endroit triste, pressé et gris,
Les Hommes ne voyaient plus la Magie de la Vie.
Et ils ne croyaient pas non plus, que c’est avec la Nature que l’on grandit…
La magnificence en naufrage ; déclinèrent les espoirs des gens :
Les étoiles qui les portaient étaient en train _ misère _ de ne plus briller !
Alors le peuple et le pays tout entier sombrèrent dans les affres et les tourments.

C’est ainsi que fût le temps, et qu’un beau jour
Pourtant d’été, qui sentait l’Amour…
Une étoile vint à tomber,
Dans les eaux troubles et glacées de la Mer d’ivoire agitée !
Le peuple de n’y voir le Ciel précipité
Vint à refermer le miroir, qui aurait pu révéler
Le mystère des étoiles à leurs vœux allumés…
Le plan clair destiné à ne plus faire le noir,
Mais à la nuit en eux, réveiller
Les lueurs des pensées qui peuvent émerveiller !

Seul un vieux pêcheur perçut la chute
Au contraire des yeux clos aux âmes brutes.
Sans filet désormais, c’est d’esprit qu’il restait vigoureux…
De puissance il n’avait point, que de regarder et d’aimer les cieux.
Il comprit que sous l’eau, cet éclat
Venait de l’au-delà ; et par le prix du cœur,
Des efforts dépensés pour la faire exister…
Il comprit :
L’Espérance est l’étoile du bonheur !

Elle se trouvait là… Juste ici
Sous nos pieds, sous la Mer, sous les paupières !
Et que de la savoir en toute sa mémoire
Du temps merveille où il était heureux,
Les rêves pieux de ce petit monsieur
Virent remonter l’Astre à la ligne d’horizon…
Ce dont s’aperçut enfin toute la sinistre population !

Éblouie de cette fulgurante ascension,
Le secret de cette Lumière fit sensation…
Jusqu’à ce que l’Étoile s’éleva du sol au plafond,
Afin que tout ce petit monde
Puisse de nouveau espérer la Vie, la joie, et la Nature féconde !
Les enfants de toutes parts, chantaient louanges :
Des songes à faire germer, un Art à travailler…
Et le Cosmos, qui dans l’ombre passée se refermait
Vint à briller, à scintiller de mille et un petits feux, aussi regards des Anges !

Sous la voûte éveillée, danse et rire avec cette aventure furibonde…
Existe l’Étoile en présence de sa vérité retrouvée !
Les villageois et Enfants de la Terre,
Célèbrent encore sa beauté, sa lumière :
Ensemble éclairé, en grande ronde…



Merci.
Belle journée, belle étoile...

Auteur: Célia

Mathieu Chédid, 30 lettres ouvertes, 2 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Mathieu Chédid


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > M > Mathieu Chédid > Lettre 30 > écrire