Élise Lucet

Lettre ouverte de Jean-Pierre Cohen à Élise Lucet
“Un homme averti en vaut deux”

mardi 9 février 2016,

Bonjour Élise Lucet,
Je prête attention à vos émissions, lorsque j’en ai l’occasion. J’apprécie la persévérance de vos enquêtes pour d’aller jusqu’au bout, mais quelquefois vous vous heurtez à des murs infranchissables. Si certaines personnes sont inaccessibles, on peut toujours avoir accès à soi-même et à ceux qui nous écoutent. Si bien que démarche est différente, elle est basée sur un principe simple : un homme averti en vaut deux. Par conséquent, il faudrait instruire les gens pour qu’ils puissent se débrouiller dans le respect de ce qui existe.
Le système binaire
Si vous testez votre prochain, il catégorise la réalité selon ses goûts qui se résument en : “J’aime” et “J’ai horreur”. La société a aussi ses vedettes, sa mode et ses exclus. Le contenu de ces notions est variable d’une personne à l’autre. Il est normal que l’on soit différent, mais devant des prises de position rigides, pour s’entendre, il faut qu’une des deux parties qui s’oppose cède sinon, on atteint davantage le divorce que l’harmonie.
De là découle un espace de vie de chacun qui est l’ensemble des éléments avec lesquels il a relation et les informations qu’il traite. Certains s’intéressent à des domaines variés et font beaucoup de choses, tandis que d’autres ont un espace restreint, limité aux besoins de base.
Il s’agit d’un système parce que nous le retrouvons à plusieurs niveaux. Il est binaire parce qu’il est constitué de deux éléments : le “oui” qui résume ce que nous acceptons et le “non” ce que nous rejetons. La société doit répondre à la demande qu’elle suggère et qu’elle encourage par la publicité. Elle crée aussi l’exclusion, pour ceux dont elle n’a pas besoin.
Il existe aussi des machines binaires comme la photocopieuse, le magnétophone ou le magnétoscope parce qu’elles ne permettent que deux choix : la copie ou la non-copie ou l’effacement.

Ce système est hiérarchique, vertical et procède par performances et éliminations. Au sommet, ne se trouve pas forcément le plus méritant, mais aussi celui qui a su se propulser selon les circonstances ou avec les appuis des autres. Il faut être là au bon moment, au bon endroit et répondre à ce que l’on attend de vous dans des circonstances données. Une fois le poste conquis, parfois, la vraie personnalité du sujet s’exprime en ayant cette fois, le pouvoir.
Ce système a toujours existé dans l’histoire et même si on l’observe même très tôt chez les enfants. Dans une crèche, se dessinent déjà des enfants dominants et d’autres plus effacés. Cette hiérarchie se trouve aussi chez les animaux et la survivance aux plus aptes est une des règles importantes de l’évolution.

A ce système vertical qui existe depuis la nuit des temps et dans tous les pays, existe aussi un système horizontal que l’on retrouve chez les plantes. Si la carotte suit un chemin vertical, les fraises, le bambou et beaucoup d’autres, même des arbres comme l’ormeau ont une croissance verticale, mais aussi latérale en faisant des racines capables de générer la plante.
Comment développer cette voie latérale, je n’ai pas à juger ce qui est, mais à ajouter les parties manquantes.
Un individu est très bien tel qu’il est, mais à partir de son univers, il doit faire face à toutes les épreuves que la vie lui impose. La meilleure solution sera d’agir avec discernement et en connaissance de cause. Bien sûr, les autres peuvent nous aider, mais si les services sont trop onéreux et pas satisfaisants, il vaut mieux compter sur soi-même et avant que les épreuves arrivent d’où l’importance du savoir de l’école de la vie.
Un proverbe dit : “Ce qui est dans la marmite monte dans la louche.” Si, dans votre univers vous avez la solution, c’est parfait, mais dans d’autres cas, il vous faudra vous enrichir de notions et d’un savoir nouveau, qui n’est pas opposé à ce que vous savez, mais qui le complète. Libre à vous de vous servir de possibilités nouvelles.
Ainsi, nous sommes confrontés à la notion d’horizontal qui vous est donné, où que vous soyez, par la surface de l’eau et qui cherche à élargir toujours votre univers et la notion de vertical donné par le fil à plomb et qui représente votre poids et là où vous le posez, c’est-à-dire les domaine de vos investissements, qui peuvent varier selon les circonstances et les époques.
Si chacun devrait élargir son univers, on pourrait aussi élargir le domaine d’application des mots. “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” Prochain devrait aussi s’appliquer à tout ce qui nous est proche : les animaux, les plantes et la terre. On a appris que “réflexe” relevait de la moelle épinière. En fait, “réflexe” est le plus court chemin entre l’information et sa réponse. Par conséquent, le vol et le viol sont réflexes, mais ce que l’on connaît parfaitement, sans le moindre doute, ni hésitation enrichit l’univers de nos réflexes.

La notion de structure
Le charbon et le diamant ont la même composition : le carbone. Par la nanotechnologie, on a pu créer du carbone en tuyau. Les différents agencements des atomes de carbone ont donné des structures différentes et des produits d’apparence différente. C’est la façon d’agencer les éléments de base qui crée la notion de structure.
La vie est en ligne, toute chose a une origine , une traçabilité, une histoire et aussi en cercle, si on groupe tout ce qui se rapporte à un même sujet. C’est ce que le monde moderne appelle une réalité connectée (en ligne) ou une réalité augmentée (cercle). En ajoutant, dans le respect de ce qui existe, les parties manquantes, on passe du système binaire à la ligne et au cercle, à condition d’accepter cet ajout et d’en comprendre l’intérêt.
Changeons l’ordre des mots. Au lieu de considérer les 5 organes des sens que vous connaissez tous, il vaut mieux dire que nous avons deux outils de perception : l’oreille et l’œil, deux d’expression : la bouche et la main.
Bouche-oreille traduit ce que l’on dit, l’on pense, l’on ressent, l’on imagine... et aussi ce que les autres expriment. Il s’agit de son et de temporalité. Le son est la première information chez le nouveau-né. Bouche-oreille est lié à l’univers maternel et à l’intuition.
Œil-main traduit ce qui est par le langage des faits et des résultats que l’on peut enregistrer éventuellement par photos, films et d’autres preuves. Il correspond à l’image et à l’espace. Il est lié à la motricité et intervient après le son, comme l’univers paternel.
Pour être complet, l’odorat et le goût se rattachent à l’œil parce que l’objet a ces propriété et non le son.
Si ce que l’on dit correspond à ce que l’on fait et ce que l’on a fait à ce que l’on a dit, on rejoint la perfection, comme le fait l’ordinateur avec les mots d’un programme.
Les mots
Il existe deux sortes de mots : des mots liés aux sentiments et des mots liés à l'image. Les mots liés à l'affectif sont variables selon le moment et les circonstances. Les mots liés à l'image sont plus fixes. On entend tous les jours : bonne journée, meilleurs vœux, vivre ensemble... Je vous laisse apprécier la différence entre les dires et les faits.
• L'œil observe l'espace. Un œil strictement immobile ne voit pas. Si l'image bouge comme devant la télévision, l'œil s'immobilise et même le corps. Il s'agira du non-penseur de Rodin.
• L'oreille écoute pour recevoir les explications ou poser des questions dans un temps donné.
• La main représente la vérification par la mise en pratique et les résultats.
L’œil - l’oreille - la main avec des mots pour l’exprimer serait une référence stable qui serait l’équivalent de la numérisation 0-1 de nos machines électroniques.
Un exemple, peut-être vous connaissez le dicton : “Il faut battre le fer tant qu'il est chaud !” ce qui veut dire, faire dès que l'on a l'occasion, peut-être il sera trop tard ou cette occasion peut ne plus se représenter.
Disposant d'une forge avec ses attributs, je peux, pour les gens septiques, vous montrer qu'il est plus facile de modifier la forme d'un fer chauffé au rouge qu'un fer froid.
Dès que l'on affirme quelque chose, il y aura toujours des gens qui les accepteront pas. C'est ainsi que l'on a nié l'existence des chambres à gaz, lors de la deuxième guerre mondiale ou que l'on a inventé des choses qui n'existaient pas comme les rumeurs.
L'image, sa vérification et sa reproduction donne une stabilité dans la transmission d'information.
La transmission orale ou écrite n’est valable que si le sujet rumine cette information pour l’assimiler, sinon une information chasse une autre.
Si l’information passe par la main, elle traverse le corps qui en garde toujours une trace. Elle sera, elle aussi renforcée par le respect de la technique appropriée et par la répétition. Nous n’avons besoin que d’un savoir faire pour utiliser ses mains à bon escient. La matière ne s’ouvre qu’à la technique et qu’à son travail appliqué. Si la technique est un chemin efficace, autant le demander à celui qui sait. Notre culture familiale, notre caractère n’interviennent pas.
Souder du métal, si on fournit le matériel approprié, nécessite une technique qui avec un ordre et un sens précis, jugée par un résultat. Que l'on soit atteint de n'importe quelle maladie mentale, celui qui observe correctement le protocole réussira, alors qu'un diplômé ou qu'un expert de ce que vous voulez échouera par négligence ou confusion. Ceci ouvre un champ thérapeutique extraordinaire, surtout à notre époque où l'œil regarde plutôt un écran que la réalité, rien ne remplacera vos yeux et la main a régressé dans le confort et le fait d'être servi.
La construction d’une vie
On naît nu et l’on meurt nu, il nous est prêté un temps de vie qui peut être endommagé par la maladie ou l’accident, mais qui n’échappe à aucun moment au vieillissement. Au temps qui s’ajoute inexorablement, s’associe l’espace avec les traces que vous laissez chaque jour.
Si ces traces ne s’accumulent pas. On tourne en rond, demain sera identique à aujourd’hui et l’on gère sa vie d’une manière événementielle, chaque jour apportant ses joies et ses peines.Si les traces s’additionnent. Ce sera au début des grains, puis des boules de plus en plus grosses qui détermineront votre évolution et la construction de votre vie. A la dimension temporelle et éphémère du temps, s’adjoint l’évolution qui est une dimension spatiale et concrète, qui est, elle aussi, infinie comme le temps et à voire l’histoire de notre évolution, elle est libre du temps, puisque les millénaires et les siècles ne lui font pas peur.
Additionner c’est bien, mais la façon de construire a aussi son importance. Si pour arriver à vos fins, vous entraînez des préjudices autour de vous, ils risquent de freiner votre évolution.
Un individu n’est ni fort, ni faible tout dépend du soutien que vous avez. Ainsi les fast-foods et les boissons sucrées ont envahi notre univers. Leurs perceptions a été prophétique, puisque l’on va mourir et ils subsisteront tant qu’il aura des gens qui en demandent et d’autres qui en fabriquent.
Dans notre civilisation, les techniques et les objets ont fait des progrès extraordinaires à la différence de l’être humain, puisque le jaloux, le pervers, le fainéant et bien d’autres n’ont pas tellement évolué et un goût pour la prise en charge et la revendication s’est développé.
L’école est l’école d’un programme qui est, en fait, hiérarchique, contraignante, punitive et éliminatoire, école que je respecte et remercie, car elle est source de savoir.
Si on peut échapper à l'école, on ne pourra jamais échapper à l'école de la vie.
En effet, la vie nous impose des besoins et nous met tous aux épreuves. On ne sait pas de quoi seront faites ces épreuves, ni quand nous y seront confrontés. Qui s'occupe de cette école, la famille, la société, ses propres convictions, le hasard des rencontres ou des événements ?…
Pour taguer, salir, brûler une voiture, vandaliser, détruire… Il n'est pas nécessaire d'éducation, tout le monde sait le faire, mais pour faire une œuvre ou un chef-d'œuvre, il faudra une éducation.
On ne peut pas ne pas éduquer, on a besoin de votre argent pour consommer ou de votre participation pour adhérer à un courant social. Tout est fait pour vous charmer et vous impliquer, mais qui vous apprend à vous débrouiller et à faire face efficacement aux épreuves ?
L’école de la vie qui se doit de s’adresser à tout le monde, doit être très simple et même évidente. Il s’agit de l’école de l’humain et de l’école des mains. La vie est en ligne, toute chose a une origine, une traçabilité, une histoire et aussi en cercle, si on groupe tout ce qui se rapporte à un même sujet. C’est ce que le monde moderne appelle une réalité connectée (en ligne) ou une réalité augmentée (cercle).
• L’école de l’humain
Savoir se servir de soi et comprendre l’être humain, savoir dialoguer avec son prochain, comprendre le groupe et l’équipe, la foule, connaître les institutions qui nous entourent et qui nous dirigent (la mairie, la préfecture, la justice, la sécurité sociale, les impôts…)
• L’école des mains : pouvoir faire un objet à un niveau vendable en n’importe quelle matière et savoir comprendre et se servir des nouvelles technologies.
Le musée du savoir ou l'arche de la connaissance,
Le fait de grouper au même endroit, les gains de transport sont considérables. Si les éléments sont isolés comme une mosaïque, une vie ne vous suffirait pas à tout comprendre, mais si vous aviez remarqué que la vie a utilisé des principes avec des milliers d'applications, elle deviendrait plus facile à observer et à analyser.
Lorsqu’une bombe éclate, elle disperse ses éléments. Si on réunit les éléments éparpillés, on crée une énergie que j’appellerai énergie d’addition qui restituerait l’état initial.
Tout peut être réuni, mais pour additionner, il faut assurer une compatibilité et une coordination entre les éléments.
Réunir les gens n’est pas facile et aléatoire. Réunir l’information ne dépend que de mon travail. Sans grand laboratoire, ni d’une équipe de chercheurs, cette tâche peut s’assumer tout seul, puisqu’il faut rassembler ce qui a été trouvé par les autres et le fait d’être seul permet une grande mobilité pour suivre son chemin, sans avoir rien à expliquer aux autres.
J'ai regroupé les possibilités de fabriquer un objet en n'importe quelle matière à une échelle individuelle, avec les livres correspondants.
J'ai rendu visite aux différents artisans qui m'ont montré et expliqué les techniques utilisées. L'artisan n'a pas de temps, il est tenu de produire et de vendre, alors qu'en dehors de mon usage personnel, je ne suis pas tenu de vendre, ni d'utiliser et j'ai eu le temps de réfléchir pour accéder au même résultat.
Cet ensemble d'outils et d'appareils n'a aucune valeur commerciale, peut-être même, il faudrait que je paie pour m'en débarrasser. Par contre, il a une valeur pédagogique inestimable. Un enfant peut suivre la fabrication artisanale d'un objet, alors qu'il ne comprendra rien à un circuit imprimé électronique qui gère les appareils que nous utilisons.
La réflexion permet de comprendre ce qui nous paraît difficile ou trop compliqué. Ce chapitre mérite un long développement.
Cet arche de la connaissance peut s'installer n'importe où dans n'importe quel pays, dans les endroits les plus inhospitaliers. L'essentiel serait d'exister. Je peux fournir les éléments de base et même concevoir un financement, mais je ne veux pas le faire seul. Je ne suis pas dans le besoin et je n'y gagne rien à le faire, mais si je ne transmets pas cette direction, vous ne le retrouverez pas. Beaucoup de ceux qui m'ont aidé ne sont plus de ce monde.
Les informations n’ont jamais été aussi abondantes qu’à notre époque, mais elles sont tellement dispersées que les langages vont se mélanger jusqu’à ne plus se comprendre, comme dans la tour de Babel. L’insécurité sera liée à notre isolement.
Beaucoup ne captent que ce qui les intéresse en rejetant le reste. Nous ne sommes pas toujours avertis de leurs goûts. Dans une information en ligne, nous aurons davantage de chance de correspondre à leur centre d’intérêt.
Ce qu'on a éliminé contient parfois un trésor. Les civilisations passées, les philosophes, les arts, l'esthétique, l'artisanat... sont autant de modèles de perception et de raisonnement utiles, alors que l’on ne pourra plus se servir de ce que l’on a rejeté délibérément.
Dans notre monde, c'est l'objet qui a fait des progrès étonnants, mais non l'être humain. Le téléphone portable est une prouesse technologique extraordinaire, mais le contenu de vos communications n'a pas progressé. Einstein a dit : “Le jour où la technologie prend en charge les besoins humains, on créera une génération d'idiots !”

Voilà en quelques mots très condensés ce qui pourrait, à mes yeux, servir l’individu à progresser. Je suis un très mauvais distributeur parce que je n’ai ni à plaire, ni à convaincre. Les années passent, je pourrais créer l’école de la vie avec des mots ou donner naissance à l’arche ou musée de la connaissance en fournissant les éléments de base et chacun pourrait l’enrichir ou le perfectionner par la suite. Je ne veux plus entreprendre tout seul, je n’en n’ai pas le besoin et je n’y gagne rien. Tout ceci sert à vérifier qu’un homme averti en vaut deux.

Auteur: Jean-Pierre Cohen

Élise Lucet, 3353 lettres ouvertes, 128 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 499 > écrire