Élise Lucet

Lettre ouverte de Elise Lucet à Élise Lucet
“Affaire Eliane Kabile”

jeudi 4 février 2016,

Bonjour Élise Lucet,

le 31 Décembre 2015


Monsieur, le Président de la République

Palais de l'Elysée

55, rue du Faubourg Saint Honoré

75008 Paris



Objet: Affaire Eliane KABILE


Monsieur François Hollande, Président de la République.

Attentif aux vœux que vous venez de formuler aux Français dont je pense en faire partie, mon attention était très forte lorsque vous avez émis le vœu de protéger chaque Français.
J’ai également était très sensible à l’hommage publique que vous souhaitiez rendre aux victimes ainsi qu’aux familles endeuillées des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan.
Ma famille et moi-même avons doublement étaient marquées par ces drames, nous dont notre mère a été victime d’un meurtre dans un hôpital en France pour lui voler ces organes, dont nous savons aujourd’hui que ces personnes qui protègent fortement ces médecins nous obligent à nous poser cette questions macabre mais légitime qui est de savoir si ces médecins on u également l’autorisation de faire leur marcher macabre sur les victimes de ces attentats.
C'est pour cette raison, que je sollicite votre haute bienveillance, pour vous informer de fait extrêmement grave, dont ma famille et moi-même sommes victime depuis quinze ans dans le pays des droits de l'homme, porteur des droits universelle.

Le 27 Décembre 2000, notre Mère, Eliane Kabile entre à l'hôpital pour une simple douleur au mollet.
Non, seulement, elle n'en ressortira pas vivante de cet hôpital, mais son corps ne sera jamais retrouvé.

Aujourd'hui nous les enfants Kabile, nous nous battons pour la manifestation de la vérité.

Nous battons car notre Mère n'est pas morte dans un attentat terroriste, ni dans un naufrage en pleine mer, mais dans un hôpital publique et Français protégé par les principes Républicains ; dont vous être le garant mais également le protecteur.

Dans un pays de droit, nous nous sommes vu refuser la veillé funéraire que nous avions organisée suite à une exhumation des plus douteuse car sans fondement légal, puisque ni la famille ni un représentant légal n'a pu assister à cette exhumation dont l'horaire était prévu à 08h30 mais qui s’est déroulé à 06h30 en dehors des heures légal comme l'indique le document des fonctionnaires qui ont effectués cette tâche.

Mais pour une raison que nous les enfants Kabile ignorons, l'article de loi R2213-40, tout comme la veillée funéraire ne concerne pas ma famille, pourtant Française avec un grand-père qui s’est battu en tant que militaire pour notre France.
Trente années de sa vie.

La veillée funéraire est autorisée pour un criminel en prison mais pas pour nous les enfants Kabile.
Pour nous, comme l'estime la justice se sera une amende de 15000 euros.
Quant à l'avocat pour avoir osé nous représenter, il subira des menaces sur sa vie et aujourd'hui une mise à pied d'un an pour résister dans cette procédure.

Tout çà d'injustice alors que nous avons dans nos mains toutes les preuves que notre maman a été précipiter vers la mort pour alimenter un commerce de trafic d'organes.

Aujourd'hui nous nous retrouvons avec trois actes de décès pour notre maman qui n'est morte pourtant qu'une seul fois, un seul jour, à une seule heure et non à trois moment différent comme l'indique les trois actes de décès.

Malgré l'amende de 15000 euros pour abus de procédure, nous avons de nouveau saisi la justice, dont le devoir est de nous répondre sur ces trois actes de décès.

La réponse du Procureur de la République, de l'agent judiciaire de l'état et du Juge devant ces trois actes, présentés comme des nouvelles pièces est une prescription, suivi de la mise à pied de notre Avocat Maître Dominique Kounkou.

Tout cela pour ne pas répondre aux trois actes de décès.

Plus grave le Juge se permet de manipuler le verbe pour couvrir la date d'autopsie qui a u lieu le 16/02/2001 comme la indiqué l'expert de la cour qui c'est basé sur la réquisition du Procureur de la République et mentir en donnant la date du 20/02/2001 pour l'autopsie.

Toute cette démarche pour couvrir un réseau criminel de trafic d'organes humain.

En effet datant l'autopsie au 20/02/2001, on peut comprendre que les corps (au nombre de deux) dont la date de réquisition de transport, le 19/02/2001 est subis une autopsie le 20/02/2001.

Mais comme l'indique l'expert c'est le 16/02/2001 que c'est pratiqué l'autopsie et les réquisitions de transports portent la datés du 19/02/2001.

Cet élément démontre de façons indiscutable que l'autopsie du 16/02/2001 qu'ils ont toujours faite passé comme étant celle du 20/02/2002 ne peut au aucun cas être celle de notre maman.

Pour toutes ces raisons nous vous sollicitons pour répondre sur ces injustices dans un pays de droits protégé par des principes Républicain qui mettent en péril le droit Français.

Nous les enfants Kabile attendons une réponse de votre part.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma très haute considération.

Thierry KABILE


Auteur: Elise Lucet

Élise Lucet, 3133 lettres ouvertes, 357 visites

3 commentaires sur cette lettre à Élise Lucet
  1. Bonjour Elise Lucet
    je vous invite à regarder la vidéo de Christian Cotten de Politique de vie "Terroristes dites merci à la 11ém chambre"
    Une enquête s'impose CAR PERSONNE NE PEUT AVOIR PLUSIEUR ACTES D'ETAT CIVIL

    Il y a 1 an, par thierry kabile
  2. Ajoutée le 25 oct. 2016


    Interview de Christian Cotten reçu par Jean-Jacques Seymour sur Tropique FM 92.6 le 24 octobre 2016 - Affaire Éliane Kabile, trafic d'organes et de cadavres en hôpital public, un dossier emblématique de lâchetés et de forfaitures judiciaires. Merci François Hollande, merci Monsieur le Président pour votre courage ! Merci d'enfin oser dire la vérité de la lâcheté de la magistrature dans la gestion des dossiers poubelles d'État. Voir : http://www.politiquedevie.com et http://www.tropiquesfm.net - Merci aux internautes de diffuser largement aux citoyen(ne)s électeur(trice)s.


    Catégorie
    Actualités et politique


    Licence
    Licence YouTube standard

    Il y a 1 an, par thierry kabile
  3. Monsieur le Président de la République
    Palais de l’Élysée
    55, rue du Faubourg Saint Honoré
    75008 Paris
    Lettre ouverte à M. le Président de la République
    Référence : Affaire Éliane Kabile, forfaiture judiciaire.
    Lâchetés de la magistrature : merci M. le Président
    pour votre courage d’oser dire la vérité.
    Paris, le 26 octobre 2016,
    Cher François Hollande, Monsieur le Président,
    Vous avez été informé depuis nombre de mois d’un dossier singulier de forfaiture judiciaire, pour lequel nous attendons des autorités compétentes une résolution en cohérence avec les valeurs de la République.
    Vous avez récemment associé par vos libres propos publiés par des journalistes les deux termes « magistrature » et « lâcheté ».
    Nous devons vous en remercier chaleureusement et sincèrement.
    Pour oser dire la vérité dans un monde où le logiciel institutionnel OMERTA fait des ravages, il faut beaucoup de courage.
    Merci donc à vous, François Hollande, Monsieur le Président, pour ces paroles de bonne santé publique, fortes et si humiliantes, de fait, pour quelques personnages concernés.
    Oui, bien sûr, nombre de vos concitoyens ont compris et savent à quel point vous avez eu pleinement raison de prononcer ces paroles rapportées si abondamment par la presse : elles nous obligent donc tous à sortir de la langue de bois et du mensonge hypocrite pour enfin parler un langage de vérité.
    Nous ne saurions donc mieux faire que vous encourager dans cette voie.
    Oui, l’institution judiciaire est capable de forfaitures et de lâchetés multiples. Nombre de Français le savent, dans leurs chairs, et vous leur avez fait du bien en osant dire la vérité.
    C’est bien pour cela que Thierry Kabile et sa famille tiennent tant à vous remercier : ils pourraient en effet penser que vos propos sont la meilleure réponse publique que vous pouviez leur faire à la lecture du dossier qu’ils vous ont transmis.
    Comme vous le savez sans doute déjà, cette affaire Éliane Kabile fait désormais l’objet d’une médiatisation significative, susceptible d’alerter l’opinion publique sur des dysfonctionnement majeurs de nombre de services de l’État. Ceux-ci concourent à appliquer une omerta violente dont sont victimes trop de nos concitoyens lorsqu’ils doivent faire face à des délinquants ou des criminels issus de la fonction publique, qui agit alors, avec tout le poids institutionnel de la justice, selon les principes de la solidarité tribale et du logiciel OMERTA en complète incohérence avec les fondements de la République.
    Tout comme vous, les magistrats que vous avez reçus pour vous excuser de l’émotion ainsi suscitée, sans vous excuser véritablement pour autant du fond de vos propos, ont eux aussi raison : vos paroles posent un problème institutionnel majeur.
    - 2

    Il y a 1 an, par thierry kabile


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Termes ayant menés à cette lettre ouverte
elise lucet procureure de la République

Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 464 > écrire