Élise Lucet

Lettre ouverte de Alain Bonneau à Élise Lucet
“EDF veut bétonner la planète: parc eolien blayais”

jeudi 11 juillet 2019,

Bonjour Élise Lucet,

sachez écouter, pas moi ,EDF
ils le disent sur fr3, il ne sont que les larbins du ministre de l'environnement depuis Jospin. Il vont bétonner la planète pour monter leurs éoliennes et faire leur petit business.
Pourquoi?
parce que la loi de transition énergétique le leur permet: des blocs de bétons armés de 40m x 16m de diamètre qui vont rester dos le sol jusqu'à la fin des temps.
On fait sauter l'éolienne obsolète de 20 ans et on recommence à côté. En France comme ailleurs cela s'appelle des blockhaus. Des millions de blockhaus dans un siècle.

Des ministres de l'environnement qui se prétendent écologistes et donnent des leçons à la planète trahissent la première loi de l'écologie:
On ne laisse pas sa merde aux générations futures.

toutes les preuves sont sur internet il suffit de faire son boulot de citoyen pour les trouver.

Qu’est ce que l'on entend ? Les éoliennes, c'est moche, ça fait du bruit, mais le problème est sous nos pieds. Ils veulent raser et bétonner les marais de Gironde. Mr Bussereau prêche dans le désert.
Ils ont inventé la démocratie directe, nous allons la faire à Vitrezay. Les ministres présent et passé vont devoir venir nous rendre des comptes.

Aujourd'hui un blog collecte la colère des gens du marais. Ils vocifèrent avec leurs élus impuissants dans les réunions. Certains parlent de sortir les fusils. Si nous n'en sommes pas là, le temps est compté.



J'ai envoyé des courriers autour de moi, pour l'instant personne ne veut entendre, mais personne non plus ne peut me dire que je me trompe:
Bonjour,
je suis venu de Nantes pour dire que il y a un moi je n'avais pas encore conscience de ce qui se passait sur
la Gironde où je suis né. Heureusement si l'homme oublie, Internet lui, n'oublie jamais rien. J'ai du
reconstituer le puzzle et ce que j'ai découvert n 'est pas seulement moche. Il est bien plus. il fait froid dans
le dos.
Arrêtez de discuter avec EDF, ils vous l'on dit à Braud, ils ne sont que des larbins qui se remplissent les
poches pour faire le sale boulot. Depuis le début l'implantation des éoliennes est orchestrée par les
différents ministres de l'environnement. C'est eux les maître d’œuvre, les patrons.
Pendant qu'on nous amuse en nous disant : « les éoliennes c'est moche, ça fait du bruit, » .
Ce que ces comiques troupiers qui vous convoquent à cette réunion aujourd'hui ont juste oublié de vous
dire c'est que pour faire leur petit business ils vont raser à coup de bulldozer et bétonner toute la planète.
Quand vous ne voyez qu'un truc qui tourne au dessus de vos têtes, c'est sur et dans le sol que ça se passe .
En France ou ailleurs cela s'appelle des blockhaus.
Les ministres de l'environnement ont trahis la loi numéro un de l'écologie. C'est de ne jamais laisser sa
merde aux générations futures.
Quand vous allez sur internet et que voyez comment ils font sauter à la dynamite les éoliennes obsolètes,
vous avez tout compris. Ils n'ont prévu ni de réutiliser, ni de nettoyer leur merde. Et Trois cents mètres à
côté, ils recommencent. Dans cent ans c'est cinq de ces merdes pour une seule éolienne qu'ils nous auront
laissé et peut-être des millions sur toute la planète. Pour cela ils devront raser, faire des esplanades
grandes comme le champs de mars, pour manœuvrer des camions de soixante dix mètres de long et des
grues de 400 tonnes, et créer des routes larges comme des pistes d'atterrissage sans compter les câbles et
les stations de raccordement.
Ces gars là c'est au portefeuille qu'il faut les toucher. Ils doivent cotiser à un fond de garantie pour chaque
éolienne qu'ils installent, pour payer le ramassage de leur merde.
Mais je ne suis pas ici ce soir que pour ça.
Je suis ici pour exiger que les ministres de l'environnement nous rendent des comptes. Pendant que eux ou
leurs complices politiques nous donnaient des leçons d'écologie à Notre Dame Des Landes. Ils préparaient
leur saloperie. Cette offense faite à nos parents à qui on a dit qu'ils allaient sauver la planète en faisant de
la Gironde une mare à canards pour ne pas ressembler à Anvers ou Rotterdam en sacrifiant des milliers
d'emploi en démontant le bec d'Ambès, Pauillac, en vidant les quais de Bordeaux de toute industrie ou
trafic maritime.
Ces gens devraient se souvenir que la construction de la centrale n'a pas été une promenade de santé et
que cela va être une autre histoire que de verrouiller le marais de Blaye à Mortagne pour passer le bull.
Ce sont ces même gens qui il y a trente ans menaient leur petite guerre devant les caméras en bouffant du
chasseur, qui jouaient à la bicyclette à La Rochelle pendant qu'on saccageait le marais poitevin pour
planter du maïs subventionné arrosé au glyphosate. En regardant le vote de la motion j'ai compris
comment après avoir donné la leçon devant les caméras, ils baissent leur pantalon devant les lobby dans
les commissions. Ils prétendent aujourd'hui sacrifier les tonnes des chasseurs
qui sont les seuls à vouloir l'eau de la Gironde dans le marais, sacrifier le jonc qui depuis des centaines
d'années attache les vignes du bordelais et du cognac, sacrifier les fonds bleus à Saint Dizan du Guas, ce miracle de la nature, à sacrifier notre patrimoine que sont les fossés qui
font sa particularité et promis au seul maïs subventionné arrosé au glyphosate, sacrifié ce relais de poste de la migration entre Marquenterre et Casamance.
Ces ministres, anciens ministres, ayatollah de l'écologie qu'ils trahissent doivent venir nous rendre des
comptes à Vitrezay après avoir posé leur hélicoptère sur le stade Gilbert Bonneau. Là où mon père
autrefois avec monsieur Yvonnet, Raymond Bossis et quelques autres, ont voulu honorer la Gironde.
Cette Gironde nouvelle Z.A.D où ils devront faire pénitence à moins que nous ne décidions d'en faire le
lieu de notre révolte.

Auteur: Alain Bonneau

Élise Lucet, 3676 lettres ouvertes, 14 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 3687 > écrire