Élise Lucet

Lettre ouverte de Pascal Brousse à Élise Lucet
“Client devenu otage de SFR et d'Orange”

mercredi 8 août 2018,

Bonjour Élise Lucet,
Je ne regarde plus vos émissions, non pas que celles-ci ne m’intéressent plus, mais depuis le 15 juin, le message suivant « Signal indisponible » s’affiche tous les jours sur mon téléviseur. Ce qui n’était qu’une simple gêne ponctuelle, s’est vite transformée en cauchemar. Je travaille pour diverses associations et j’ai besoin de temps à autre d’échanger des fichiers multimédias avec des prestataires externes. Ces opérations, somme toutes banales, s’avèrent aujourd’hui impossible. Le débit de ma ligne est trop faible pour supporter des transferts de données.
J’ai contacté SFR, mon opérateur commercial a reconnu la mauvaise qualité de la connexion et a dépêché un dépanneur. Celui-ci n’a rien pu faire. L’erreur viendrait d’Orange, anciennement France Télécom, propriétaire du réseau. Sa maintenance est encore gérée aujourd’hui par cet opérateur.
Deux jours plus tard, un technicien Orange ou l’un de ses sous-traitants, constatait la panne en mesurant le débit de ma ligne téléphonique. Il est parti aussi vite qu’il était venu en m’informant que les opérations pour rétablir un débit normal se faisaient à distance et que dans l’heure suivante, tout rentrerait dans l’ordre. Aucune amélioration dans l’heure suivante ni dans les jours qui ont suivis l’intervention du technicien. J’ai contacté les services de SFR en vain. Finalement, un rendez-vous a été fixé avec deux agents, l’un de SFR et l’autre de la société Orange. Ils sont venus et ont été incapables d’apporter une quelconque amélioration. Un autre rendez-vous devait avoir lieu le 11 juillet pour élucider mon problème : une perte de débit au fil des jours. Aucun d’eux n’est venu et n’a cru bon de m’informer de quoi que ce soit. Bien évidemment, je n’ai plus de contact avec SFR et encore moins reçu de questionnaire de satisfaction, alors que je suis sans cesse sollicité pour répondre à ce genre d’enquête pour un oui ou pour un non.
J’ai toutefois contacté SFR pour avoir un nouveau rendez-vous. Jusqu’ici mes démarches ont été vaines. On me répond invariablement « Nous faisons le nécessaire et vous ferons signe dès que nous serons en contact avec Orange ». Un contrat entre Orange et SFR déclenche une intervention de l’opérateur historique dans un délais de trois mois, après le. 11 juillet. Que fait-on sans internet , sans télévision pendant cette période ? J’ai demandé aussi à avoir une clé 3 G pour continuer à travailler. Depuis, c’est le silence radio. Aulnay-sous-Bois, la ville où je réside, a signé un contrat avec SFR pour l’installation de la fibre et je soupçonne la société Orange (je n’en ai pas la preuve) de ne faire aucun effort pour assurer la maintenance des lignes actuelles, car celles-ci seront de toutes façons obsolètes avec l’arrivée de la fibre.
En tant que simple citoyen, je me sens impuissant face à ces grandes entreprises. À l’heure où le gouvernement nous pousse à marche forcée, d’adopter la technologie numérique, il devrait se montrer exemplaire. Nous serions en droit de demander une image télé non brouillée où celle-ci ne se fige pas continuellement, une connexion nous permettant de télécharger les documents administratifs, de ne pas avoir notre ligne téléphonique coupée sporadiquement. Utiliserions-nous des voitures si aucune route n’était construite ?
Mon cas n’est malheureusement pas isolé. J’ai entendu sur France Inter que 7 millions d’utilisateurs avaient des problèmes de connexion. Dans un reportage diffusé au JT de France 2, il était question de petites entreprises situées dans une zone industrielle de Basse Normandie qui avaient dû mettre la clé sous la porte, car l’opérateur historique avait mis trois semaines avant de réparer la panne.
Alors la question suivante se pose : Est-ce que le réseau national des télécommunications actuel est à l’image de celui du rail, c’est-à-dire mal entretenu ? L’État a-t-il trainé la patte pour investir ? Ou bien France Télécom a-t-elle laissé son infrastructure se dégrader à cause de la concurrence ?
J’attire aujourd’hui votre attention sur ce problème national suite à ma mésaventure. Si notre pays veut jouer un rôle international dans l’avenir, il se doit de maîtriser la technologie numérique. Il y a sûrement beaucoup de sujets, beaucoup d’injustices qui retiennent votre attention, mais je ne pouvais m’empêcher de vous adresser ce #### (l’unique et dernier moyen actuel pour communiquer).
Serai-je, comme le quidam du célèbre sketch de Fernand Raynaud, « le 22 à Asnières », à constater, esseulé, mon incapacité à utiliser le réseau numérique ? Y a-t-il quelqu’un de responsable au bout de la ligne ?

Cordialement,
P. Brousse

Auteur: Pascal Brousse

Élise Lucet, 3341 lettres ouvertes, 57 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 3055 > écrire