Élise Lucet

Lettre ouverte de shakti à Élise Lucet
“Mise à mort par l'administration française”

jeudi 12 juillet 2018,

Bonjour Élise Lucet,

Française de père et de mère, je suis actuellement radiée CAF APL/RSA depuis 2016. C'est ma sixième radiation en un an et demi. 4 radiations pour le RSA et 2 radiations pour les APL. Ma CMU n'a pas été renouvelée en 2018 compte tenu de ma radiation RSA. Vous l'avez compris je vis avec 0 euros. Toutes mes demandes d'aid sociales, aide aux déplacements et aide alimentaire m'ont été refusées par la commune et les associations caritatives. Avec 0 euros, toutes mes demandes d'aide juridictionnelle sont frappées de caducité c'est à dire qu'elle ne passent pas. Je suis obligée de faire toute mes saisines seule auprès des Tribunaux sans l'assistance d'un avocat. Le Tribunal administratif classe toutes mes affaires, normal puisque mes saisines sont mal formulées on ne s'invente pas avocat. Tant mieux j'irais plus vite devant la CEDH.
Diabétique sous insuline les associations caritatives me refusent l'aide alimentaire, les radiations caf n'existent pas pour les bénévoles, ma glycémie est descendue jusqu'à 0.50g sans que je puisse me sucrer, ni m'alimenter. Les bénévoles ne savent pas lire une attestation de la CAF, normal puisque sans revenus il n'y a pas de papiers à fournir, je ne peux inventer une fiche de paie qui n'existe pas . La seule question qui intéresse tous ces gens : "DE QUOI VIVEZ-VOUS?" C'est à moi de m'excuser et de prouver sur le comment je vis ! DE TOUTE MA VIE JE N'AI VU UNE MALTRAITANCE PAREILLE !!!
J'ai fais convoquer toutes les associations caritatives de ma ville au Tribunal d'Instance, les restos du coeur en personne après m'avoir harcelée en entretien m'ont virée de la distribution alimentaire parce que j'ai déposé une plainte à la CNIL. Ils demandent le mot de passe privé de la session internet CAF. C'est totalement interdit. Ils ont répondu à la CNIL que c'est avec l'accord des bénéficiaires sauf qu'à mon dernier entretien je leur ai stipulé que je ne leur donnerais aucun mot de passe et qu'ils devront se contenter de mon attestation papier du coup on m'a menacé de ne plus me donner ma carte d'accès. Impossible à prouver je suis seule dans le bureau en présence de deux ou trois bénévoles qui de toute façon font des attestations sur l'honneur pour proférer des mensonges.Pour conciliation j'ai pris rdv avec l'ancien président des resto du coeur de ma ville qui après m'avoir traitée de procédurière m'a avoué qu'il a été obligé de virer certains bénévoles car ils se servaient. Pour leur défense ils ont pris un avocat célèbre tellement qu'ils ont peur du scandale. Mes affaires passe au Tribunal d'Instance en septembre, mon avocat c'est le bâtonnier de la ville et il est obligé de reporter sans cesse les affaires car mes demandes d'aide juridictionnelle ne passent pas, ça veut dire qu'il ne veut pas travailler s'il n'est pas sûr d'être payé.
Vous l'avez compris, je suis prisonnière de la ville ou je vis, tous mes droits sociaux sont coupés, il me reste une affiliation à la CPAM et une ALD pour me soigner sauf que si je monte aux urgences je n'ai pas de CMU. Je ne peux plus aller chez le médecin. Je ne plus me chausser, ni m'habiller, ni consommer ni me déplacer, ni téléphoner, ni m'alimenter ou très peu. Qui a dit que la France est le pays des droits de l'homme. Même les RSA me traitent de menteuse et me disent : "on doit donner le minimum aux gens pour vivre". Il faut croire que non ou alors je suis victime d'une radiation abusive perpétrée par les élus de la ville qui veulent que je dégage. Le préfet, le député, le conseil général, plaintes au Procureur de la République tous ces élus sont au courant de ma situation catastrophique même Madame LA GARDE DES SCEAUX a qui j'ai demandé de prendre une décision concernant mes demandes d'aide juridictionnelle qui sont constamment refusées. La réponse de Madame LA garde des Sceaux où plutôt de son cabinet. Vos demandes d'aide juridictionnelle sont frappées de caducité ils font donc les refaire sauf qu'elles mettent 2 à 4 mois à passer. C'est l'article 6 de la convention de la CEDH qui est bafouée. Je vais demander à la CEDH que la France soit condamnée pour maltraitance administrative. Je suis condamnée à mort sauf que le conseil d'Etat refuse toutes mes demandes d'aide juridictionnelle pour motif qu'il n'y a pas de motif sérieux de cassation. Donc pour résumer : on me coupe tous mes droits dans le but de me tuer et c'est pas un motif sérieux de cassation. Combien de temps vais-je tenir. Je ne sais pas. Je suis en grève de la faim obligatoire. A ce stade il vaut mieux appeler ses anges gardiens ou Dieu. J'ai perdu jusqu'à 9 kilos par mois, en tout 40 kilos (10 fois plus vite qu'un bypass). Je risque de faire un arrêt cardiaque, les pertes de poids ne sont pas nocives sauf si elles sont trop rapides. J'espère que mon histoire vous intéressera sachez que les radiations administratives ont commencées. Le summum de la maltraitance administrative est d'accuser le citoyen d'avoir des revenus quand c'est faux dans le but qu'il n'accède pas à ces droits vitaux.Comment fait-on pour radier les citoyens ? On contourne la loi. Il y a tout simplement contournement de la loi. J'ai actuellement un statut social inférieur aux étrangers hébergés et naturalisés par la France. Bien entendu vos confrères journalistes de ma région ne veulent pas entendre parler de mon histoire. Merci de m'avoir lue.

Auteur: shakti

Élise Lucet, 3275 lettres ouvertes, 64 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 3034 > écrire