Élise Lucet

Lettre ouverte de Goyer à Élise Lucet
“Perdue dans le labyrinthe de la justice”

jeudi 12 juillet 2018,

Bonjour Élise Lucet,

Je suis Christian GOYER, le compagnon de Maguy MICHEZ, pour qui je vous adresse ce courrier.
En 2011, Maguy et victime d'un braquage violent sur son lieu de travail, (5 côtes cassées et très choquée après avoir été menacée par une arme), six mois plus tard, son employeur La Poste, ne lui a pas aménagé un poste de travail, comme la loi le prévoit, elle travaille toujours dans le même bureau, et un deuxième braquage intervient.

Aujourd'hui 7 ans plus tard, après avoir engagé successivement, 7 avocats, elle est impliquée dans pas moins de cinq procédure de justice:
- un procès d'assises en qualité de partie civile, (premier braquage),
- un procès en correctionnelle, en qualité de partie civile, (deuxième braquage),
- un procès au pénal contre son employeur, pour défaut de sécurité,
- un procès au tribunal d'instance, afin d'annuler une transaction que son employeur lui a fait signer avec son assureur La GMF, dans des conditions rocambolesques.
- trois procédures au tribunal administratif, pour obtenir, l'aide fonctionnelle, à laquelle son statut lui donne accès, mais que La Poste lui refuse.

J'arrête là la description de la situation très complexe dans laquelle Maguy est engluée.

À ce jour Maguy à été victime, d'avocats bandits, d'erreurs, de policiers, de magistrats, sans compter sur la stratégie d'enlisement dans laquelle La Poste l'enmene, à coup de renvois et d'appels.

Aujourd'hui Maguy est épuisée psychologiquement, affaiblie financièrement, et toujours en choc post traumatique, ses médecins lui indiquent que pour pouvoir entrevoir le début d'une reconstruction, il faudrait que ces procédures de justices soient derrière elle, (ce qui est très loin d'être le cas !). Sans compter la prothèse totale du genou, que Maguy va devoir se faire poser, suite à la chute qu'elle a faite, dans la bagarre qui l'a opposée à son premier braqueur.

La Poste sait qu'elle a commis une faute, (défaut de sécurité, pour ne pas avoir tenu compte des préconisations d'un audit de sécurité, qui a été rendu deux mois avant le premier braquage, préconisations qui si elles avaient été appliquées auraient permis d'éviter le braquage).

La poste joue clairement la montre en espérant que Maguy se fatiguera et abandonnera ses poursuites, (ce qui commence à germer dans sa tête, elle est épuisée, et n'a jusqu'à aujourd'hui obtenu aucun soutien significatif).

Je vous ai adressé ce long courrier, un peu touffu et complexe, pour essayer d'attirer votre attention sur des méthodes de management d'une rare violence, qui permettent à La Poste, de se débarrasser de nombreux personnels, plutôt que de financer proprement un plan social, afin d'assurer son repositionnement stratégique sur son nouveau métier, LA Banque.


(tous les éléments auxquels je fais référence, dans ce courrier, sont attestés par des expertises médicales)

(dernière précision, dans le cadre de son Instruction pénal, le juge chargé de l'enquête s'est vu adresser par La Poste, une série de documents qui s'avèrent être des faux grossiers, ce qui ne semblent pas choquer le juge, qui nous indique ne rien avoir dans le dossier, mais n'a toujours pas convoqué les inspecteurs du travail, qui eux nous indiquent que la situation que nous leur avons décrite - document à l'appui, relève bien du droit pénal).

Dernier élément, pendant le procès en assises, La Présidente à nommé deux experts médicaux, dont la mission était d'évaluer le montant du préjudice qu'à subi Maguy. Ces experts ont carrément maltraité Maguy et ils ont rendu un rapport calamiteux, incomplet, qui se contredit, ne tient pas compte d'une grande partie du dossier médical de Maguy, si bien que La Présidente, en audience sur intérêts civils, vient de rejeter cette première expertise, elle a nommé deux nouveaux experts. Nous sommes donc répartis, dans un cycle très pénible pour Maguy, qui va durer au minimum une année de plus...

En espérant avoir retenu votre attention sur cette situation d'une grande violence et d'un étonnant cynisme, j'espère vous entendre prochainement, car à ce jour nous nous sentons bien isolés face à ces grosses machines que sont La Poste, les administrations, et enfin la justice. Merci d'avance.

Christian GOYER

Auteur: Goyer

Élise Lucet, 3112 lettres ouvertes, 40 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 3032 > écrire