Élise Lucet

Lettre ouverte de beatrice melara à Élise Lucet
“Objet : entourage des malades alcooliques ”

dimanche 3 juin 2018,

Madame Elise Lucet,

Nous admirons votre volonté téméraire et votre engagement sans faille à faire émerger des sujets passés sous silence .
Nous sollicitons votre aide sur un sujet totalement ignoré et tabou auprès des pouvoirs publics :

La souffrance quotidienne des proches des malades alcooliques

Des études estiment que pour une personne malade 4 à 5 proches souffrent,
Cela correspond aux chiffres de 8 à 10 millions de français qui souffrent en silence,

Les addictologues estiment que 80 à 90% des violences faites aux femmes sont sur fond d’alcool.
Dans les médias, on aborde l’alcool /conduite, l’alcool / travail.
Jamais le quotidien des proches.
Jacqueline Sauvage a tué son mari car il était violent et incestueux qui a dit qu’il était malade alcoolique ?
L’excellent film ‘’la soif de vivre’’ a parfaitement détaillé la totale perdition dans laquelle nous vivons et pourtant le débat a effleuré la détresse du mari et de son fils pour se centrer sur la malade.

Cela doit changer.

Les proches vivent dans le silence, la honte et la culpabilité

Les conséquences sociétales sont terribles :

• Arrêts de travail, dépressions, hospitalisations,
• Pertes d’emploi, de logement, chômages, surendettements, problèmes avec la justice,
• Violences (de tous types), divorces, familles monoparentales en situation de précarité,
• Suicides,
• Maltraitances des enfants, échecs scolaires, déscolarisations, délinquance,


Cette population vulnérable est en danger



Nous sollicitons votre aide afin que notre situation familiale soit enfin reconnue.

Recevez notre respectueuse salutation


Un groupe de proches de malades alcooliques, déterminé à sortir de l’ombre

Auteur: beatrice melara

Élise Lucet, 2987 lettres ouvertes, 1204 visites

18 commentaires sur cette lettre à Élise Lucet
  1. Effectivement, la souffrance et la détresse de l'entourage des personnes alcooliques (conjoints, enfants, parents,...) ne sont jamais abordés dans les médias. Cela faciliterait pourtant, pour certains proches, la sortie de la honte et de l'isolement afin de pouvoir demander du soutien.

    Il y a 19 jours, par Cécilia
  2. Il est vrai que nous, entourage de personnes alcooliques, nous sentons parfois à l'abandon. Nous ne consommons pas d'alcool, mais nous en souffrons au quotidien, et parfois de façon très ardue. Une souffrance soivent passé sous silence. Que dit-on souvent à l'entourage qui cherche de l'aide lorsque l'on évoque notre détresse? Quitter la personne alcoolique. Nous avons surtout besoin d'être accompagné, psychologiquement surtout car l'alcool détruit tout sur son passage. Il n'y a pas que la personne alcoolique qui souffre. Alors entendez-nous, soutenez-nous, aidez-nous.

    Il y a 19 jours, par V
  3. Entièrement d’accord!

    Il y a 18 jours, par Popeye
  4. L'alcool détruit tout : la famille,les proches et touche aussi les voisins.
    Quad j'étais jeune les voisins venaient se réfugier à la maison quand le fils faisait des crises de violence si il avait bu. Sa boisson favorite était le noha interdit aujourd'hui.
    La maman a vécu dans la violence une vie d'enfer et de solitude

    Il y a 17 jours, par La voisine
  5. Tout à fait d’accord pour cette demande de projet d’émission sur un sujet très prégnant dans notre société qui touche tout âge et milieu social .
    Il est important de considérer la maladie alcoolique comme un iceberg avec la partie émergée qui est l individu atteint et la partie immergée qui est tout le système de vie autour de cette personne tant dans sa vie personnelle que professionnelle et qui souffrent .
    Les instances de santé font de leur mieux Pour accueillir cette maladie pour tenter de comprendre et d’appréhender cet état afin d’apport un relation d’aide.
    La prise en charge demande du temps de la patience de la persévérance et beaucoup de bienveillance dans une action pluridisciplinaire entre médecins généralistes spécialistes institution de post cure psychothérapeutes médecin du travail afin d accompagner l ancien oh à se séparer de cette addiction qui fait des ravages dans les familles ,au travail et dans tout son système relationnel

    Il y a 17 jours, par PhL
  6. Il y a longtemps que j attendais quelque chose..c est si difficile

    Il y a 16 jours, par Mimie
  7. oui, c'est vrai, mais quand pensera ton à prendre le problème en amont auprès de la jeunesse qui s'alcoolise maintenant dès 13 ou 14 ans... Que deviendront ils, quels adultes seront ils ?... La Santé Publique, etc... tout le monde s'en fout!
    Oui, la souffrance des proches quand il s'agit de son enfant !!

    Il y a 16 jours, par Al
  8. Nous soutenons entièrement cette démarche car nous ressentons bien la souffrance au quotidien des proches qui ont absolument besoin d'être aidés et entourés. Démarche courageuse et volontaire de vouloir briser ce tabou.

    Il y a 15 jours, par Annie/Patrick
  9. La vie auprès d'un malade alcoolique est difficile. On se cache tellement la honte est immense. Mes enfants font comme ils peuvent pour donner le change à leurs amis mais l'accueil à la maison d'un copain, qui devrait être une source de plaisir, se conjugue avec la crainte que la maladie ne gâche tout. Quand la maladie le (nous) laisse un peu souffler, nous vivons de beaux instants. La consommation de l'autre est obsédante et ma vie ne tourne plus qu'autour de ça. Je suis constamment tendue et à l'affût. Quelle vie! et pourtant j'aime mon conjoint... Il est malade et suivi mais moi et mes enfants qui nous aide à passer les périodes difficiles, à comprendre ce qui se passe. Ma nouvelle inquiétude pour l'avenir c'est que mes enfants qui ont connu la maladie soit influencé d'une façon ou d'une autre, même s'ils l'ont subi. Rien n'est fait aujourd'hui pour prévenir ce risque. Nous sommes tellement nombreux à graviter autour de malades! Quand la prise de conscience se fera-t-elle? Aidez-nous à être entendus et soutenus. Qui peut aujourd'hui nous venir en aide?

    Il y a 10 jours, par Espoir
  10. ce projet est une excellente démarche; lorsqu'on ouvre le journal le matin, combien d'accidents, de faits divers sont concernés par ce problème de l'alcoolisme? n'oublions pas que c'est une maladie! mais lorsqu'on y est confronté(e) au quotidien, on vit dans l'angoisse à tout instant, peur de l'autre, peur de tout....Notre vie au quotidien se résume à scruter les signes de l'alcoolisation et à s'oublier soi! pour moi cette maladie est aussi une maladie de la communication, car on ne sait jamais à quel moment on peut aborder "le sujet relatif au problème"...
    comme dans la lettre ci-dessus, j'ai souvent pensé à Jacqueline Sauvage et j'ai été très heureuse pour elle et ses filles de la savoir libérée!

    Il y a 9 jours, par SB
  11. Je suis très contente que ce projet existe
    L'entourage de malade de l'alcool est ignoré,
    la soufrance de l'entourage est constante, sous tension, souvent en détresse,; les médecins de famille sont frileux ,
    La société veut ignorer ce problème, les proches se protègent et choisissent l'indifférence , le mutisme, préférant parfois de couvrir le malade lui meme;
    Qui entend, qui viendra en aide

    Il y a 9 jours, par Ulysse
  12. L' Alccol, une Problematique à très forte répercussion sur l'environnement du malade et le malade.

    Il y a 8 jours, par cece
  13. Bien sûr, les familles des malades alcooliques aimeraient être soutenues. C'est une maladie encore trop taboue, l'entourage porte souvent la honte, c'est très délicat d'en parler autour de nous, de dire notre souffrance et parfois notre désespoir, sans parler des conséquences qui apportent des violences, des accidents, des suicides... Combien de drame autour de cette maladie alcoolique. Quelques émissions télé, radio, autour de la maladie elle même, mais rarement on évoque les troubles liés à cette addiction concernant les proches des malades. Il serait très utile que les pouvoirs publics en prennent conscience. Si vous pouviez aider à ouvrir le sujet, ce serait une grande reconnaissance et un soutien moral aux familles.Merci bcp de nous aider. ET BRAVO AU GROUPE QUI A LANCE CETTE INITIATIVE.

    Il y a 5 jours, par GAI
  14. La vie auprès d’une personne qui s’alcoolise au quotidien et dont le comportement change pour devenir brutal est une angoisse. Il n’est pas possible d’en parler autour de soi, on entre dans une spirale de chaos et de confusion, car souvent il n’y a pas de témoin ... alors on doit tout gérer dans le silence, la vie de tous les jours, cacher la vérité, avec cette crainte permanente du danger pour l’autre et pour soi... après une tentative de suicide pour que cette souffrance s’arrete je suis restée sans soutien, chaque fois plus isolée et triste ... une maladie grave m’a fait dire ma douleur petit à petit, perdue dans l’urgence de trouver de l’aide car malade et affaiblie la situation de violence empire ... Avant de savoir dans quelle problématique on se trouve on ne sait pas à qui s’adresser, on devient une personne considérée comme « cinglee » ... dans les moments de violence , d’insultes, de mépris on est perdu .... l’alcool et les produits addictifs sont banalisés ... on manque de compréhension, de soutien psychologique et juridique, de reconnaissance de notre implication et notre souffrance .... Je peux dire que j’ai tout perdu et que c’est difficile de s’en sortir.... Oui c’est un sujet dont on ne parle pas et les victimes souffrent et meurent dans une solitude consentie

    Il y a 4 jours, par Cavi
  15. Trop souvent considérés comme seulement des dégâts collatéraux mais notre souffrance est profonde et indélébile, au plus profond de nous un sentiment de honte, des stratégies élaborées pour cacher notre réalité et puis un jour des coups des humiliations des maux, une descente aux enfers alors oui osons dire, exprimer, relater ce qu'est notre quotidien et comment il nous est possible de survivre nous les transparents pourtant si présents

    Il y a 4 jours, par Clé
  16. Les jours se suivent et malheureusement se ressemblent la vie au quotidien n'est pas facile ,pour le conjoint et pour les enfants ,on sort moins le cercle d'amis diminue .Lors des sorties on a souvent honte peur des réflexions de la part de la personne qui a bu .Et surtout quand ces personnes sont à l'origine d'une série de troubles à la fois physique,mentaux et sociaux.On souffre en silence.......

    Il y a 1 jour, par lolita
  17. "Vous n'avez qu'à partir !" Oh oui en effet ... Mais quand c'est votre père ou votre mère; votre fils ou votre fille, quand c'est le père ou la mère de vos enfants, partir n'est simplement pas la question. Nier non plus. Bannir, à quoi bon ? Nous n'avons pas le choix d'accepter cette maladie et de l'accompagner. Ce qui est insupportable, c'est le fléau sociétal qui profite une fois de plus à certains et qui plonge tant de personnes dans un dénuement profond, un désarroi absolu, un gâchis de vies humaines révoltant . L'alcool est une arme de destruction massive, responsable de quelques génocides de l'Histoire. À qui profite le crime ? Madame Lucet s'il vous plait, aidez-nous à identifiez les responsables, racontez nous par exemple pourquoi la loi Evain a t-elle été supprimée ? Expliquez-nous pourquoi une assistante sociale scolaire ne dispose pas de mesures spéciales pour prendre particulièrement soin d'un jeune qui subit l'alcoolisme sous son toit ? Tant de questions à élucider, à partager, à réléver au plus grand nombre . HELP !

    Il y a 18 heures, par Yma
  18. ... Et même encore maintenant , si l'on veut en parler autour de soi, beaucoup de gens sont démunis dans cette écoute . Les visages se tournent, ne comprenant pas, ne nous croyant même pas parfois !
    Il faut dire que les comportements d'une personne malade de l'alcool peuvent passer en quelques minutes du presque Dr Jeckyll à presque Mr Hyde !
    Partir ? j'aime mon Dr Jekyll, et financièrement, quasi impossible !
    Le lobby des alcooliers est très puissant, il fait en profiter un bon nombre de nos politiciens .
    Madame Lucet, j'ai confiance en vous, vous pouvez y arriver avec votre équipe . Merci !

    Il y a 17 heures, par Roselyne


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 2923 > écrire