Élise Lucet

Lettre ouverte de Marc SCHMITT à Élise Lucet
“Sos maladie bpco”

samedi 24 février 2018,

Bonjour Élise Lucet,


Bonjour Élise Lucet,

Je me permets de vous interpeller concernant la BPCO (Broncho-pneumopathie Chronique Obstructive) - qui inclut très souvent l’emphysème-, maladie chronique irréversible due à une obstruction permanente et progressive des voies aériennes qui conduit au handicap respiratoire en détruisant peu à peu les bronches et les poumons. Elle progresse lentement et devient invalidante et se caractérise par une diminution progressive du souffle.
L’évolution de la maladie peut aboutir à une insuffisance respiratoire chronique : l’appareil respiratoire devient incapable d’assurer sa fonction et le patient doit être mis sous oxygène. L’insuffisance respiratoire retentit également sur le fonctionnement du cœur.
Aujourd’hui, en France, nous sommes plus de 3,5 millions de personnes diagnostiquées et atteintes de BPCO dont 130.000 présentant des formes très sévères nécessitant l’administration continue d’oxygène.
Chaque année, 40.000 nouveaux cas sont diagnostiqués et 17.500 malades en meurent (et encore ces chiffres sont anciens et ne reflètent pas la réalité en 2018).

J’ai 73 ans, je suis moi-même atteinte de BPCO stade 3 avancé avec un emphysème sévère (le 4e stade étant le dernier …) et dépistée beaucoup trop tardivement. Suite à une détresse respiratoire j’ai été hospitalisé en juin 2016 j'ai cessé fumer depuis cette date et il ne me reste plus que 40% de capacité respiratoire sous oxygène 2 litres, 18/24 h. Inutile de vous dire que le manque de souffle est une souffrance au quotidien ne me permettant plus d’assumer les tâches quotidiennes... De plus, monter une côte, monter des escaliers … deviennent un véritable parcours du combattant, … la liste est longue, très longue.

A ce jour, hormis des traitements permettant de nous soulager un peu en matière d’essoufflement, il n’existe rien pour nous guérir. Où en est la recherche ? Que pouvons-nous espérer ? Nous ne pouvons plus vivre ainsi avec cette maladie évolutive, qui s’est installée insidieusement et qui progresse dans le silence.
Madame Lucet aidez-nous à faire connaître et reconnaître cette maladie dévastatrice et surtout à avancer dans la recherche … Ceci est vraiment un SOS que je vous lance car nous sommes tous à bout de souffle et allons mourir asphyxiés.
Avec mes remerciements de l'attention que vous prendrez à cette demande, Veuillez agréer mes sincères salutations.

Auteur: Marc SCHMITT

Élise Lucet, 3149 lettres ouvertes, 27 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 2540 > écrire