Élise Lucet

Lettre ouverte de Jocelyne PELTIER à Élise Lucet
“Levothyrox”

mardi 5 septembre 2017,

Bonjour Élise Lucet,

Vous n'êtes pas sans savoir que la formulation du Levothyrox, dont les laboratoires MERCK ont le monopole exclusif de vente en France, a changé au cours du mois d'avril 2017. Mon pharmacien avait prévenu mon mari de ce changement en nous rassurant, car il ne devait pas avoir de problèmes de transition, puisque seuls les exipients avaient été changés. Néanmoins, étant une personne à profil fragile, il serait bon de faire un dosage après 4 semaines d'utilisation. J'ai en effet subi un AVC il y a 4 ans m'ayant laissé quelques séquelles, et n'ayant plus de thyroïde la prise de Levothyrox m'est indispensable.

L'as, au bout de seulement quelques semaines de prise, sont apparus des "effets secondaires". Effets que je qualifieraient plutôt d'handicapants. Un mal de tête épouvantable qui me faisait craindre la survenue d' un nouvel AVC, une perte de cheveux abandante remarquée par ma coiffeuse et surtout des crampes m'interdisant de pouvoir dormir. Je ne compte plus les fois où mon mari m'a retrouvée en pleurs sur là canapé.

Apprès trois semaines sans sommeil, je me décidais à consulter mon médecin traitant et lui demandais une analyse de sang afin de comprendre ce qui m'arrivait. Hasard heureux, j'avais justement fait faire mon analyse annuelle en avril 2017.

Les résultats sont tombés : TSH normale, cholestérol en hausse passant de 2g à 3g en deux mois et triglycérides également en hausse sans AUCUN changement de régime alimentaire. Je surveille particiculièrement mon alimentation car suspicion de plaque d'athénome pour l'AVC.

Ainsi donc je ne reliais aucunement, et le médecin non plus, mes maux à la prise de Levothyrox et le médecin ne conseillais de prendre de la Gabanpentine (un anti-épileptique) pour soigner mes crampes. Surtout de commencer avec une petite dose 100mg pour arriver à un dosage nécessaire. Il m'a fallu monter jusqu'à la dose de 900mg pour arriver à pouvoir dormir quelques heures.

À l'écoute de doléances de patient, je me suis enfin rendu compte de la racine de mes maux car nous étions nombreux à souffrir des mêmes symptômes. Cela fait donc 15 jours
que je prends de la Thyroxine en gouttes et, merci Monsieur Placebo, puisqu'on nous dit que c'est lui qu'il faut remercier, ne me reste comme effets délétères qu'une fatigue accumulée pendant un été épouvantable.

Je précise que je tiens à votre disposition les analyses corroborant mes dires et, par votre intermédiaire, demande à Monsieur MARTIN une solution de dosage, puisque c'est la seule voie qui peut soigner mes problèmes qui durent depuis 4 mois, le recours aux gouttes n'étant maintenant interdit puisque réservé aux seuls enfants malades.

Le retour à l'ancienne formule pour les patients qui souffrent est paraît-il inenvisageable. Impossible de faire cohabiter les 2 formules, anciennes et nouvelle, ce qui pourtant se fait en ALlemagne...


Auteur: Jocelyne PELTIER

Élise Lucet, 2166 lettres ouvertes, 76 visites

Aucun commentaire sur cette lettre à Élise Lucet


HTML autorisé: <b> <i> <a> :-) ;-) :-( :-| :-o :-S 8-) :-x :-/ :-p XD :D



Célébrités > E > Élise Lucet > Lettre 1697 > écrire